Page:De Broyer - Feuillets épars, contes, 1917.djvu/64

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
62

Tout à coup, elle vit une vapeur que le vent poussait vers elle et entendit une voix de femme : « Coquette, souviens-toi du jeune chasseur dont tu te moquas ! Ceci est ta punition ! »

Et voilà la légende de Mowis telle que je l’ai entendue un soir, à l’heure où passent les fantômes de brouillard…