Page:De Caraman-Chimay Borghese - Belges et Africains, 1916.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Vers 1517, le célèbre évêque Las Casas, chapelain de Charles-Quint, mais surtout protecteur passionné des Indiens (Protector universal de todos los Indios), avait proposé, afin de les soustraire aux épuisants travaux des mines, de leur substituer des nègres, de nature plus vigoureuse.

Il se repentit bientôt d’avoir donné ce conseil qui ne fut que trop suivi et fut l’origine de la traite. Son organisation remonte à une lettre patente, donnée par Charles-Quint à un gentilhomme flamand et l’autorisant à introduire 4 000 nègres par an dans les colonies espagnoles, Cuba, Jamaïque, Porto-Ricco, Haïti. Pour 25 000 ducats, des marchands génois achetèrent son privilège au gentilhomme flamand, sans doute peu friand de pratiquer lui-même ce genre de sport. Les Portugais se chargèrent de fournir les « pièces d’Inde », comme furent appelés les misérables noirs. L’exemple des Espagnols fut suivi par tous les pays qui avaient des colonies