Page:De Coster - Contes brabançons, 1861.djvu/233

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Puis elle s’en fut toute courante chercher de l’eau, elle-même. Étant revenue, elle en donna à boire au Maure par petites gorgées : puis l’entendant gémir, elle pleura.


VI.


Cependant Ser Huygs envoya un homme de l’amman chercher le physicien, qui était le médecin du duc, tandis que le Tousseux servait dans une salle basse, pour fêter le triomphe de Ser Huygs, force cervoise au peuple accouru. Mahom, par ordonnance du physicien, fut transporté en un bon lit dans une chambre chauffée tièdement.

Johanna et Roosje veillèrent auprès de lui, sept jours et huit nuits. Ser Huygs avait fait placer dans la chambre deux hommes armés qui y faisaient guet et garde au cas où le Maure se voulut venger de sa défaite sur sa femme et sa sœur.

Mais il n’y songeait point le pauvre homme. Car en voyant sans cesse auprès de lui Roosje belle et mignonne, l’entendant lui dire de bonnes paroles pour le consoler et pleurant sur lui, quand il gémissait, il s’adoucit de la voir si douce. Et il se prit de bon amour pour elle. Mais il de-