Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


préparer les boîtes d’artifice, mettre au feu les volailles & planter les broches dans les fourneaux.

Hommes, femmes & enfants couraient partout en criant :

Keyſer Karel is op op ’t groot marckt ! l’empereur Charles eſt sur le Grand-Marché !

Bientôt la foule fut grande sur la place.

L’empereur, fort en colère, demanda aux deux bourgmeſtres s’ils ne méritaient point d’être pendus pour avoir ainſi manqué de reſpect à leur souverain.

Les bourgmeſtres répondirent qu’ils le méritaient en effet, mais qu’Ulenſpiegel, trompette de la tour, le méritait davantage, attendu que, sur le bruit de la venue de Sa Majeſté, on l’avait placé là, muni d’une bonne paire de beſicles, avec ordre exprès de sonner de la trompette trois fois, auſſitôt qu’il verrait venir le cortège impérial. Mais il n’en avait rien fait.

L’empereur toujours fâché, demanda que l’on fît venir Ulenſpiegel.

— Pourquoi, lui dit-il, ayant des beſicles si claires, n’as-tu point sonné de la trompette à ma venue ?

Ce diſant, il se paſſa la main sur les yeux, à cauſe du soleil & regarda Ulenſpiegel.

Celui-ci paſſa auſſi la main sur ses yeux & répondit que, depuis qu’il avait vu Sa Sainte Majeſté regarder entre ses doigts, il n’avait plus voulu se servir de beſicles.

L’empereur lui dit qu’il allait être pendu, le portier de la ville dit que c’était bien fait, & les bourgmeſtres furent si terrifiés de cette sentence, qu’ils ne répondirent mot, ni pour l’approuver ni pour y contredire.

Le bourreau & ses happe-chair furent mandés. Ils vinrent porteurs d’une échelle & d’une corde neuve, saiſirent au collet Ulenſpiegel, qui marcha devant les cent reîtres de Kornjuin, en se tenant coi & diſant ses prières. Mais eux se gauſſaient de lui amèrement.

Le peuple qui suivait diſait :

— C’eſt une bien grande cruauté de mettre ainſi à mort un pauvre jeune garçon pour une si légère faute.

Et les tiſſerands étaient là en grand nombre & en armes & diſaient :

— Nous ne laiſſerons point pendre Ulenſpiegel ; cela eſt contraire à la loi d’Audenaerde.

Cependant on vint au Champ de potences. Ulenſpiegel fut hiſſé sur l’échelle, & le bourreau lui mit la corde. Les tiſſerands affluaient autour de