Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/272

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Ceci, dit-il, eſt choſe miraculeuſe, pêcher en l’air du poiſſon de prairie. Mais il a diſparu avec l’os. Quoi de plus avide que le sable sec ? C’eſt une femme stérile & un eſtomac affamé.

Soudain il sentit un fer de hallebarde le piquer au séant. Et il entendit un enſeigne dire :

— Les pèlerins dédaignent-ils le gigot à préſent ?

Ulenſpiegel vit, embroché au fer de la hallebarde, un gros manche de gigot. Le prenant, il dit :

— Manche pour manche, j’aime mieux celui-ci entre mes dents que l’autre à mon pourpoint. J’en ferai une flûte à moelle pour chanter tes louanges, hallebardier miſéricordieux. Toutefois, diſait-il, rongeant le manche, qu’eſt-ce qu’un repas sans deſſert, qu’eſt-ce qu’un manche, si succulent qu’il soit, si après le pèlerin ne voit pas se montrer la face benoîte de quelque tartelette ?

Ce diſant, il porta la main à son viſage, car deux tartelettes venant du groupe des folles-filles s’étaient aplaties l’une sur l’œil, l’autre sur sa joue. Et les filles de rire & Ulenſpiegel de répondre :

— Grand merci, gentes fillettes, qui me donnez des accolades de confitures.

Mais les tartelettes étaient tombées par terre.

Soudain les tambours battirent, les fifres piaillèrent & les soudards se remirent en marche.

Meſſire de Beauvoir dit à Ulenſpiegel de deſcendre de son arbre & de cheminer à côté de la troupe dont il eût voulu être à cent lieues, car il flairait aux paroles de quelques soudards d’aigre trogne qu’il leur était suſpect, qu’ils le prendraient bientôt pour un eſpion, le fouilleraient & le feraient pendre, s’ils trouvaient ses miſſives.

Donc, se laiſſant tomber dans un foſſé, il cria :

— Pitié, meſſires soudards, ma jambe eſt rompue, je ne saurais cheminer davantage, laiſſez-moi monter dans le chariot des filles.

Mais il savait que le hoer-wyſel jaloux ne le permettrait point.

Elles de leurs chariots lui criaient :

— Or ça, viens, gentil pèlerin, viens. Nous t’aimerons, careſſerons, feſtoyerons, guérirons en un jour.

— Je le sais, diſait-il, mains de femme sont baume céleſte pour toutes les bleſſures.

Mais le hoer-wyſel jaloux, parlant à meſſire de Lamotte :