Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/335

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XXIV


Dans l’entre-temps, le roi Philippe braſſait farouche mélancolie. En son orgueil dolent, il priait Dieu de lui donner pouvoir de vaincre l’Angleterre, de conquérir la France, de prendre Milan, Gênes, Veniſe, &, grand dominateur des mers, de régner ainſi sur l’entière Europe.

Songeant à ce triomphe, il ne riait point.

Il avait froid sans ceſſe ; le vin ne le réchauffait point, ni non plus le feu de bois odorant brûlant toujours en la salle où il se tenait. Là, sans ceſſe écrivant, aſſis au milieu de tant de lettres qu’on en eût rempli cent tonnes, il songeait à l’univerſelle domination du monde, telle que l’exerçaient les empereurs de Rome ; à sa haine jalouſe pour son fils don Carlos, depuis que celui-ci avait voulu aller aux Pays-Bas, à la place du duc d’Albe, pour tâcher d’y régner sans doute, penſait-il. Et le voyant laid, contrefait fou, féroce & méchant, il le prenait en haine davantage. Mais il n’en parlait point.

Ceux qui servaient le roi Philippe & son fils don Carlos, ne savaient lequel des deux il leur fallait craindre le plus ou du fils agile, meurtrier, déchirant à coups d’ongle ses serviteurs, ou du père couard & sournois, se servant des autres pour frapper, & comme une hyène, vivant de cadavres.

Les serviteurs s’effrayaient de les voir rôdant l’un autour de l’autre. Et ils diſaient que bientôt il y aurait quelque mort à l’Eſcurial

Or, ils apprirent bientôt que don Carlos avait été empriſonné pour crime de haute trahiſon. Et ils surent que de noir chagrin il se rongeait l’âme, qu’il s’était bleſſé au viſage en voulant paſſer à travers les barreaux de sa priſon pour s’échapper, & que madame Iſabelle de France, sa mère, pleurait sans ceſſe.

Mais le roi Philippe ne pleurait point.

Le bruit leur vint que l’on avait donné à don Carlos des figues vertes & qu’il était mort le lendemain, comme s’il fût endormi. Les médecins dirent : Sitôt qu’il eut mangé les figues le sang ceſſa de battre, les fonctions de la vie, telles que les veut Nature, furent interrompues, il ne sut plus ni cracher, ni vomir, ni n’en faire sortir de son corps. Son ventre gonfla au trépaſſement.