Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/393

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pouſſant ses crocs & montrant des paquets de chandelles de cinq à la livre, qui se balançaient au-deſſus du comptoir. C’étaient les chandelles des filles. Puis elle dit à Ulenſpiegel :

— Quand on va au bûcher, on y porte un cierge de suif ; en veux-tu un dès à préſent ?

— Buvons ! dit Ulenſpiegel.

— Buvons ! dirent les sept.

La Gilline dit :

— Ulenſpiegel a les yeux brillants comme un cygne qui va trépaſſer.

— Si on les donnait à manger aux cochons ? dit la Stevenyne.

— Ce leur serait feſtin de lanternes : buvons ! dit Ulenſpiegel.

— Aimerais-tu, dit la Stevenyne, qu’étant échafaudé on te perçât la langue d’un fer rouge ?

— Elle en serait meilleure pour siffler : buvons ! répondit Ulenſpiegel.

— Tu parlerais moins si tu étais pendu, dit la Stevenyne, & ta mignonne te viendrait contempler.

— Oui, dit Ulenſpiegel, mais je pèſerais davantage & tomberais sur son muſeau gracieux : buvons !

— Que dirais-tu si tu étais fuſtige, marqué au front & à l’épaule ?

— Je dirais qu’on s’eſt trompé de viande, répondit Ulenſpiegel, & qu’au lieu de rôtir la truie Stevenyne, on a échaudé le pourceau Ulenſpiegel : buvons !

— Puiſque tu n’aimes rien de cela, dit la Stevenyne, tu seras mené sur les navires du roi, & là condamné à être écartelé à quatre galères.

— Alors, dit Ulenſpiegel, les requins auront mes quatre membres, & tu mangeras ce dont ils ne voudront pas : buvons !

— Que ne manges-tu, dit-elle, une de ces chandelles ; elles te serviraient en enfer à éclairer ton éternelle damnation.

— Je vois aſſez clair pour contempler ton groin lumineux, ô truie mal échaudée : buvons ! dit Ulenſpiegel.

Soudain il frappa du pied de son verre sur la table, en imitant avec les mains le bruit que fait un tapiſſier battant en meſure la laine des matelas sur un lit de bâtons, mais tout coîment & diſant :

’T is (tijdt) van te beven de klinkaert ! Il eſt temps de faire frémir le — clinqueur, — le verre qui réſonne.

C’eſt en Flandre le signal de fâcherie de buveurs & de saccagement des maiſons à lanterne rouge.