Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/398

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et la Gilline, lui sautant au cou, dit :

— Béni sois-tu, qui ne m’as point tuée & ne me veux point laide !

Et les filles jalouſes regardaient Ulenſpiegel & diſaient :

— Il eſt affolé d’elle comme tous.

La Gilline chantait sur sa viole.

Les sept partirent vers Peteghem, menant les happe-chair & les filles le long de la Lys. Cheminant ils murmuraient :

’T is van te beven de klinkaert ! ’T is van te beven de klinkaert !

Au jour levant, ils vinrent au camp, chantèrent comme l’alouette, & le clairon du coq leur répondit. Les filles & les happe-chair furent gardés de près. Toutefois, le troiſième jour, à midi, la Gilline fut trouvée morte, le cœur percé d’une grande aiguille. La Stevenyne fut accuſée par les trois filles & conduite devant le capitaine de bande, ses dizeniers & sergents conſtitués en tribunal. Là, sans qu’il la fallût mettre à la torture, elle avoua qu’elle avait tué la Gilline par jalouſie de sa beauté & fureur de ce que la gouge la traitât comme serve sans pitié. Et la Stevenyne fut pendue, puis enterrée dans le bois.

La Gilline auſſi fut enterrée, & l’on dit les prières des morts sur son corps mignon.

Cependant les deux happe-chair patrocinés par Ulenſpiegel étaient allés devant le châtelain de Courtray, car les bruits, vacarmes & pillages faits dans la maiſon de la Stevenyne devaient être punis par le dit châtelain, la maiſon de la Stevenyne se trouvant dans la châtellenie, hors de la juridiction de la ville de Courtray. Après avoir raconté au seigneur châtelain ce qui s’était paſſé, ils lui dirent avec grande conviction & humble sincérité de langage :

— Les meurtriers des prédicants ne sont point du tout Ulenſpiegel & son féal & bien-aimé Lamme Goedzak, qui ne sont venus à l’Arc-en-Ciel que pour leur délaſſement ! Ils ont même des paſſes du duc, & nous les avons vues. Les vrais coupables sont deux marchands de Gand, l’un maigre & l’autre très-gras, qui s’en furent vers le pays de France après avoir tout caſſé chez la Stevenyne, l’emmenant avec ses quatre filles, pour leur ébattement. Nous les euſſions bien happés au croc, mais il y avait là sept bouchers des plus forts de la ville qui ont pris leur parti. Ils nous ont tous garrottés, & ne nous ont lâchés que quand ils étaient bien loin sur la terre de France. Et voici les marques des cordes. Les quatre autres happe-chair sont à leurs chauſſes, attendant du renfort pour mettre la main sur eux.