Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/422

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et il deſcendit en la vallée, brimballant sur ses poteaux de nature comme s’il eût en la tête crapule ivrogniale & sur l’eſtomac une indigeſtion de choux.

Et il chanta hoquetant, zigzaguant, bâillant, crachant & s’arrêtant, jouant feintiſe de vomiſſements, mais de fait ouvrant l’œil pour tout bien conſidérer autour de lui, quand il entendit soudain un hurlement aigu, s’arrêta vomiſſant comme un chien & vit, à la clarté de la lune brillante, la longue forme d’un loup marchant vers le cimetière.

Brimballant derechef il entra dans le sentier tracé entre les genêts. Là, feignant de choir, il plaça l’engin du côté où venait le loup, arma son arbalète & s’en fut à dix pas, se tenant debout en poſture ivrogniale, sans ceſſe feignant les brimbalement, hoquet & purge de gueule, mais de fait bandant son eſprit comme un arc & tenant grands ouverts les yeux & les oreilles.

Et il ne vit rien, sinon les noires nuées courant comme folles dans le ciel & une large, groſſe & courte forme noire, venant à lui ; & il n’ouït rien, sinon le vent huïant plaintif, la mer grondant comme un tonnerre & le chemin coquilleux criant sous un pas peſant & treſſautant.

Feignant de se vouloir aſſeoir, il chût sur le chemin comme un ivrogne peſamment. Et il cracha.

Puis il ouït comme ferraille cliquetant à deux pas de son oreille, puis le bruit de l’engin se fermant & un cri d’homme.

— Le weer-wolf, dit-il, a les pattes de devant priſes dans le piège. Il se relève hurlant, secouant l’engin, voulant courir. Mais il n’échappera point.

Il lui tira un trait d’arbalète aux jambes.

— Voici qu’il tombe bleſſé, dit-il.

Et il siffla comme une mouette.

Soudain la cloche de l’égliſe sonna wacharm, une voix de garçonnet aiguë criait dans le village :

— Réveillez-vous, gens qui dormez, le weer-wolf eſt pris.

— Noël à Dieu ! dit Ulenſpiegel.

Toria, mère de Betkin, Lanſaem, son homme, Joſſe & Michiels, ses frères, vinrent les premiers avec des lanternes.

— Il eſt pris ? dirent-ils.

— Voyez-le sur le chemin, répondit Ulenſpiegel.

— Noël à Dieu ! dirent-ils.