Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/473

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le moine se tut, &, baiſſant les yeux, il parut confit en haine dévote.

Les soudards vauriens venus parmi les Gueux pour le pillage, se trouvaient près des moines, qui eurent faim bientôt. Ulenſpiegel demanda pour eux du biſcuit & du hareng : le maître de la barque répondit :

— Qu’on les jette à la Meuſe, ils mangeront le hareng frais.

Ulenſpiegel donna alors aux moines tout ce qu’il avait de pain & de sauciſſon pour lui & pour Lamme. Le maître de la barque & les Gueux vauriens s’entredirent :

— Celui-ci eſt traître, il nourrit les moines ; il faut le dénoncer.

À Dordrecht, la barque s’arrêta dans le havre au Bloemen-Key, au quai aux Fleurs : hommes, femmes, garçonnets & fillettes accoururent en foule pour voir les moines, & s’entrediſaient les montrant du doigt ou les menaçant du poing :

— Voyez là ces maroufles faiſeurs de Bons Dieux, menant les corps aux bûchers & les âmes au feu éternel ; — voyez les tigres gras & les chacals à bedaine.

Les moines baiſſaient la tête & n’oſaient parler. Ulenſpiegel les vit de nouveau tremblants :

— Nous avons encore faim, dirent-ils, soudard compatiſſant.

Mais le patron de la barque :

— Qui boit toujours ? C’eſt le sable aride. Qui mange toujours ; C’eſt le moine.

Ulenſpiegel leur alla quérir en ville du pain, du jambon & un grand pot de bière.

— Mangez & buvez, dit-il ; vous êtes nos priſonniers, mais je vous sauverai si je puis. Parole de soldat, c’eſt parole d’or.

— Pourquoi leur donnes-tu cela ? Ils ne te payeront point, dirent les Gueux vauriens ; &, s’entreparlant baſſement, ils se coulèrent en l’oreille ces mots : « Il a promis de les sauver, gardons-le bien »

À l’aube, ils vinrent à la Briele. Les portes leur ayant été ouvertes, un voet-looper, courrier, alla avertir meſſire de Lumey de leur venue.

Sitôt qu’il en reçut la nouvelle il vint à cheval, à peine vêtu & accompagné de quelques cavaliers & piétons armés.

Et Ulenſpiegel put voir de nouveau le farouche amiral vêtu comme fier seigneur vivant en opulence.

— Salut, dit-il, meſſires moines. Levez les mains. Où eſt le sang de meſſieurs d’Egmont & de Horns ? Vous me montrez patte blanche, c’eſt bien à vous.