Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/527

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Ils viennent, les mercenaires,
À l’odeur du sang ;
Bandes de chiens,
De serpents & d’hyènes.
Ils ont faim, ils ont soif.
Pauvre terre des pères,
Mûre pour ruine & mort.

Ce n’eſt point don Juan
Qui lui mâche la beſogne
À Farnèſe, mignon du pape,
Mais ceux que tu comblas
D’or & de diſtinctions,
Qui confeſſaient tes femmes,
Tes filles & tes enfants !

Ils t’ont jetée par terre
Et l’Eſpagnol te met
Le couteau sur la gorge,
Ils se gauſſaient de toi,
En fêtant à Bruxelles
La venue du prince d’Orange,

Quand on vit sur le canal
Tant de boîtes d’artifice
Pétaradant leur joie,
Tant de bateaux triomphants,
De peintures, de tapiſſeries.
On y jouait, pays belgique,
L’hiſtoire de Joſeph
Vendu par ses frères.