Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/529

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’échelle. Il cria alors si aigrement, que Lamme dit à Ulenſpiegel, qui était près de lui le soignant dans la cuiſine :

— Mon fils ! mon fils ! ils ont volé un cochon dans l’étable, & ils l’égorgent. Oh ! les larrons, si je savais me lever !

Ulenſpiegel monta & ne vit que le moine. Celui-ci, en l’apercevant, tomba à genoux, les mains vers lui tendues :

— Meſſire capitaine, diſait-il, capitaine des Gueux vaillants, redoutable sur terre & sur mer, vos soudards me veulent pendre parce que j’ai péché par la langue ; c’eſt une punition injuſte, meſſire capitaine, car il faudrait alors colleter de chanvre tous les avocats, procureurs, prédicateurs, & les femmes, & le monde serait dépeuplé ; meſſire, sauvez-moi de la corde : je prierai pour vous, vous ne serez point damné : baillez-moi mon pardon. Le démon parolier m’emporta & me fit parler sans ceſſe : c’eſt un bien grand malheur. Ma pauvre bile s’aigrit alors & me fait dire mille choſes que je ne penſe point. Grâce, meſſire capitaine, & vous tous, meſſieurs, priez pour moi.

Soudain Lamme parut sur le pont en son linge & dit :

— Capitaine & amis, ce n’était point le porc, mais le moine qui criait, j’en suis aiſe. Ulenſpiegel, mon fils, j’ai conçu un grand deſſein à l’endroit de Sa Paternité ; donne-lui la vie, mais ne le laiſſe point libre, sinon il fera quelque mauvais coup sur le navire : fais-lui bâtir plutôt sur le pont une cage étroite bien aérée, où il ne puiſſe que s’aſſeoir & dormir, ainſi qu’on fait pour les chapons : laiſſe-moi le nourrir, & qu’il soit pendu s’il ne mange pas autant que je le veux.

— Qu’il soit pendu s’il ne mange point, dirent Ulenſpiegel & les Gueux.

— Que comptes-tu faire de moi, gros homme ? dit le moine.

— Tu le verras, répondit Lamme.

Et Ulenſpiegel fit ce que Lamme voulait, & le moine fut mis en cage, & chacun put à l’aiſe l’y conſidérer.

Lamme étant deſcendu dans la cuiſine, Ulenſpiegel l’y suivit & l’entendit se diſputer avec Nele :

— Je ne me coucherai point, diſait-il, non, je ne me coucherai point pour que d’autres viennent fouailler dans mes sauces ; non, je ne reſterai point dans mon lit, comme un veau !

— Ne te fâche point, Lamme, diſait Nele, sinon ta bleſſure va se rouvrir, & tu mourras.

— Eh bien, dit-il, je mourrai : je suis las de vivre sans ma femme.