Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les marques des cordes autour de son cou. « Il avait été, diſait-il, délivré étant en l’air en diſant seulement une bonne prière à Notre-Dame de Hal, tellement que, par vrai miracle, les baillis & juſticiers étant partis, les cordes qui ne le serraient plus déjà rompirent, qu’il tomba à terre & fut sain & sauf. »

Mais Ulenſpiegel apprit plus tard que ce bélître délivré de la corde était un faux Henri Mariſchal, & qu’on le laiſſait courir débitant son menſonge parce qu’il était porteur d’un parchemin signé par le doyen de Notre-Dame de Hal, qui voyait, à cauſe du conte de ce Henri le Mariſchal, affluer par troupes en son égliſe & le bien payer tous ceux qui, de près ou de loin, flairaient la potence. Et pendant bien longtemps Notre-Dame de Hal fut surnommée Notre-Dame des Pendus.


XXXIV


En ce temps-là, les inquiſiteurs & théologiens repréſentèrent pour la deuxième fois à l’empereur Charles :

— Que l’Égliſe se perdait ; que son autorité était mépriſée ; que s’il avait remporté tant d’illuſtres victoires, il le devait aux prières de la catholicité, qui maintenait haute sur son trône l’impériale puiſſance.

Un archevêque d’Eſpagne lui demanda que l’on coupât six mille têtes ou que l’on brûlât autant de corps, afin d’extirper aux Pays-Bas la maligne héréſie luthérienne. Sa Sainte Majeſté jugea que ce n’était point aſſez.

Auſſi, partout où paſſait terrifié le pauvre Ulenſpiegel, il ne voyait que des têtes sur des poteaux, des jeunes filles miſes dans des sacs & jetées toutes vives à la rivière ; des hommes couchés nus sur la roue & frappés à grands coups de barres de fer, des femmes miſes dans une foſſe, de la terre sur elles, & le bourreau danſant sur leur poitrine pour la leur briſer. Mais les confeſſeurs de ceux & celles qui s’étaient repentis auparavant gagnaient chaque fois douze sols.

Il vit à Louvain, les bourreaux brûler trente luthériens à la fois & allumer le bûcher avec de la poudre à canon. À Limbourg, il vit une famille, hommes & femmes, filles & gendres, marcher au supplice en chantant des pſaumes. L’homme qui était vieux, cria pendant qu’il brûlait.

Et Ulenſpiegel, ayant peur & douleur, cheminait sur la pauvre terre.