Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Qu’il existe en effet, depuis dix-huit siècles, une semblable société ; qu’elle ait été gouvernée toujours par un sacerdoce dépositaire de la doctrine, dispensateur des sacrements, et qui, sans interruption, a exercé le pouvoir de lier et de délier, ou un pouvoir souverain de juridiction sur ses membres, ce sont des faits si éclatants que personne ne songera même à les contester.

On ne contestera pas davantage que cette société ait constamment reconnu pour chefs les successeurs de l’apôtre à qui Jésus-Christ avoit dit : tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise,... etc. Et encore : pais mes agneaux, pais mes brebis ; usant des mêmes expressions par