Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/203

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


pour établir, soit pour condamner, il faut consulter le vent de la cour. Il reste cependant quelques pieux évêques, qui affermiroient dans le droit sentier la plupart des autres, si la foule n’étoit entraînée hors de cette voie par des chefs corrompus dans leurs sentiments. " En cet état de choses, un différent s’élève entre Rome et le roi, à l’occasion d’une affaire où le pape défendoit, de l’aveu d’Arnauld, les droits manifestes et les véritables libertés de l’Eglise.

Les parlements échauffent la querelle, animent le monarque. Il prend la résolution de marquer, par un acte solennel, son ressentiment contre le souverain pontife, et il charge le clergé de sa vengeance. De serviles prélats se précipitent d’un mouvement