Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/259

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Christ même, suivant les décisions des conciles oecuméniques, sans avouer qu’il possède toutes les prérogatives que lui refuse la déclaration de 1682.

Cette souveraineté pleine et suprême, pour user des paroles du deuxième concile général de Lyon, comprend en effet deux choses, l’autorité qui décide infailliblement les questions de foi, et conserve ainsi l’unité de doctrine, et la puissance propre du gouvernement qui s’étend à tout le reste.

L’infaillibilité que les catholiques reconnoissent dans le pape, consiste en ce que le pape ne peut, en aucune manière, définir rien d’hérétique dans ce