Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/348

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Jésus-Christ, et selon sa promesse, s’étoit conservée, non par les lumières des hommes, mais par l’assistance de l’esprit saint, qui dicte à l’Eglise et à son chef leur infaillible enseignement.

Et voulez-vous savoir avec précision quelles sont ces lumières dont la nouvelle Sorbonne redeviendra le centre, à l’imitation de l’ancienne ?

Ecoutez ce qu’on dit de celle-ci : " rempart de la foi contre les attaques de tous les novateurs, au point d’avoir mérité le surnom de concile permanent des Gaules, ... etc. " qu’on ose parler de maximes françaises, lorsqu’il s’agit du point le plus important de la doctrine catholique, du fondement même de l’Eglise et de sa constitution divine ; qu’on s’applaudisse d’être séparé sur ce point de toutes les autres Eglises unies au successeur de Pierre ; qu’on représente leur obéissance comme une servitude, dont on a su s’affranchir avec cette sagesse qui prévien