Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ujours déterminée par l’exemple ? Incertaine de ce qu’elle doit croire, elle s’affranchit bientôt de la pratique gênante des devoirs religieux ; elle déserte l’église pour tous les lieux où ses passions l’appellent, et, privée d’instruction, de conseils, de règle de conduite, elle tombe rapidement dans une ignorance profonde et dans des habitudes brutales. Le repos du jour saint n’est plus gardé, et en cela l’on ne fait qu’imiter l’administration même. Le dernier signe de communion qui existe entre les peuples, au milieu de tant de cultes divers, disparoît.

Cependant la dépravation va croissant ; les liens de la famille se relâchent, ou plutôt l’on ne connoît plus ni mariage, ni paternité ; un homme