Page:Delarue-Madrus - Comme tout le monde.djvu/197

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

II

À bas du socle


Six mois ont encore passé. C’est avril. Qu’importe, pour Isabelle, que ce soit avril ? Du printemps à l’été, de l’automne à l’hiver, n’est-ce pas toujours la vie, la vie sans surprise, la vie sans joie et sans douleur ?

Il n’y a, pour marquer les jours, que des faits désespérément les mêmes : ménage du matin, cours de mademoiselle Zozo deux fois par semaine, leçons du petit Louis chaque après-midi, par le professeur de la ville ; vacances de Léon, l’aîné, aux fêtes carillonnées et pendant les mois chauds ; plus, quelques visites monotones, quelques promenades insipides…

La mère d’Isabelle est venue la voir cinq ou six fois en douze ans. Isabelle rêve de retourner un jour au pays, pour y passer quelque temps. Mais,