Page:Delatour - Adam Smith sa vie, ses travaux, ses doctrines.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sa vie à démontrer qu’au contraire tout en nous tend à l’harmonie, dans le domaine moral par la sympathie, dans le domaine matériel par l’intérêt, et que l’égoïsme lui-même est un précieux auxiliaire de la vertu. Il avait pensé qu’en éclairant ces sentiments, qu’en éclairant ces intérêts, on éviterait à la postérité toutes sortes de rivalités, et, s’il a pris si violemment à partie la plus funeste des erreurs économiques, le système mercantile, c’est parce qu’il la considérait comme la source la plus abondante des conflits entre les individus, des guerres entre les nations.

Aussi, après avoir montré, dans la Théorie des sentiments moraux, que la sympathie nous pousse à l’harmonie en mettant nos sentiments à l’unisson de ceux des gens qui nous entourent, il veut établir, par la Richesse des Nations, que, dans la société prise en son ensemble, il y a également tendance à l’harmonie et que toutes les fois que l’homme travaille en vue de son intérêt bien entendu, il agit aussi à son insu dans l’intérêt de ses semblables. En un mot, la sympathie nous fait tendre à l’harmonie et l’intérêt vient la seconder en nous y poussant inconsciemment : voilà la grande loi sociale que le maître a mise en lumière dans ces deux ouvrages, et il avait entrepris de démontrer, dans les derniers livres des Recherches et dans son Traité du Droit, comment la justice humaine favorise cet accord ou le contrarie.

Une histoire de la civilisation était le cadre le plus propre à faire ressortir l’universalité de cette tendance et c’est ce cadre qu’il choisit. Mais ce plan particulier, qui convenait si bien aux besoins de son sujet et au groupement de ses études, n’a généralement pas été compris par ceux qui ont étudié l’ensemble de ses œuvres, ni par Buckle lui-même qui, cependant, en écrivant son Histoire de la Civilisation, a puisé en réalité bien des documents et des aperçus dans les diverses parties de ce travail immense. Un seul auteur, M. Walter Bagehot, le même qui dirigea jusqu’à sa mort le journal financier The Economist, paraît avoir saisi ce point de vue, et il l’a signalé, en 1876, dans un article de The Fortnightly Review ; mais il s’est abstenu de le développer. « Un vaste dessein, dit-il[1], semblable beaucoup à

  1. W. Bagehot. Fortnightly Review. loc. cit.