Page:Delboulle - Les Fables de La Fontaine, 1891.djvu/92

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
86
LES FABLES

lipse pas plus que dans cet autre passage des contes, p. 427, V. 10 :

Ce n’est rien qui ne l’a vue

Toute nue.

Qui = si on, si l'on, très fréquent dans le vieux et le moyen français.

« Si s’effroient et estormisent et lieve la huee si grans que l’en les oist tout clerement qui les escoultest de IIII. liues grans et plennieres ». (S. Graal, III, 575, Hucher.)

Qui me payast, je m’en alasse. (Patelin.)

Tout vient a point qui peut attendre. (Cyre Foucault, Trad. d’Aristenet, 74, Liseux.)

Le bonheur tôt se passe qui n’en a soin. (Cotgrave.)

C’est ainsi qu’on pouvait dire en latin : Qui secus faxit, deus ipse vindexerit. (Cicéron, de Leg., I, 8.)

Stultum imperare reliqais, qui nescit sibi. (P. Syrus.)