Page:Desbordes-Valmore - Bouquets et prières, 1843.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
10
PRIÈRES.

Bel âge qui demande : en quoi sont faits les morts ?
Et dit avec Malcolm : « Qu’est-ce que le Remords ? »
Esprit qui passe, ouvrant son aile souple et forte,
Au souffle impérieux qui l’enivre et l’emporte,
D’où vient qu’à ton beau rêve où se miraient les cieux,
Je sens fondre une larme en un coin de mes yeux ?
C’est qu’aux flots de lait pur que me versait ma mère,
Ne se mêlait alors pas une goutte amère ;
C’est qu’on baisait l’enfant qui criait : Tout pour moi !
C’est qu’on lui répondait encor : « Oui tout pour toi ;
« Veux-tu le monde aussi ? tu l’auras, ma jeune âme. »
Hélas ! qu’avons-nous eu ? belle espérance ! ô femme !
Ô toi qui m’as trompée avec tes blonds cheveux,
Tes chants de rossignol et tes placides jeux !

Ma sœur : ces jours d’été nous les courions ensemble ;
Je reprends sous leurs flots ta douce main qui tremble ;
Je t’aime du bonheur que tu tenais de moi ;
Et mes soleils d’alors se rallument sur toi !

Mais j’épelais enfin : l’esprit et la lumière,
Éclairaient par degrés la page, la première