Page:Descartes - Œuvres, éd. Adam et Tannery, II.djvu/115

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


I, 183-184. CXIX. — 31 Mars 1638. 81

nueretur à radijs LM & NP; vel certe, si ponamus illam augeri, tunc propterleges aequilibrij est putan- dum aliam in vicinis radijs tantumdem imminui. Et quia sensus non mouetur à singulis radijs separatim, fed tantùm à plurimis fimul, neutra ideo poffet fentiri, &c.

Quæ si D. veflræ vtcunque satisfaciant, fpero me ab ipfa impetraturum, vt docere non grauetur quaenam fint illa alia in quibus plus aliquid veritatis defiderari

poffe putat, & ad ea etiam refpondendo, teftabor quantum fim Dominationis vefl;rae fludijs

Deuotus,

RENATUS DESCARTES.


CXIX.

Descartes à Mersenne.

31 mars 1638.

Autographe, Londres, Collection Morrison.


Variantes d’après le texte de Clerselier, tome III, lettre LXIX, p. 394-404.

L’autographe remplit une feuille et demie, grand format, c’est-à-dire trois feuillets, recto et verso, ou six pages. Le numérotage des alinéas est de Descartes lui-même, et se trouve en marge : il comprend d’abord 9 numéros (réponse à une première lettre de Mersenne, du 12 mars), puis 13 (réponse à une deuxième lettre, du 22 mars), puis 3 [réponse à un billet de Petit). Au bas de la première page, à gauche, on lit l0e, c’est-à-dire 10me lettre de la collection La Hire. Dans le classement de dom Poirier, c’est le n° 6. L’exemplaire de l’Institut a été collationné sur cet autographe.

Un passage (p. 91, l. 26, à p. 94, l. 5) se trouve imprin.