Page:Descartes - Œuvres, éd. Adam et Tannery, IV.djvu/377

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
III, 487-488.
363
CDXXIII. — 2 Mars 1646.

dont M. Desc. parle en haut de cette page [p. 364, l. 8] et qui doit être datée du 22* février 1646. Ce n'est pourtant qu'une conjecture, mais elle n'est pas tout à fait mal fondée. » Mais si l'on examine bien ce que dit Descartes, il est beaucoup plus probable : i" que la lettre que, huit jours avant la présente (le 23 février), il avait écrite négligemment et sans garder de minute, se trouve complètement perdue; 2 que la pièce CDXXIII bis, minute incorrecte à divers égards, est bien une première rédaction de la fin de la pré- sente lettre, mais que Descartes avait complètement refondu cette fin, sous une forme que nous ne connaissons pas. Il y aurait d'autant plus d'intérêt à retrouver l'original disparu.

Mon Révérend Père,

Encore qu'il n'y ait que huit jours que je vous ai écrit[1], je trouve deux choses dans votre dernière, auxquelles je ne veux pas différer de répondre.

La première est que M. de Roberval dit que je n'ai pas résolu le lieu de Pappus, & qu'il a un autre sens que celui que je lui ai donné. Sur quoi je vous supplie très-humblement de lui vouloir demander, de ma part, quel est cet autre sens, & qu'il prenne la peine de le mettre par écrit, afin que je le puisse mieux entendre. Car, puis qu'il dit qu'il s'est offert de me le démontrer, lors que j’étais à Paris[2] , (comme, de fait, je crois qu'il m'en a dit quelque chose, mais je ne sais plus du tout ce que c'est)[3], il ne me doit pas refuser cette faveur ; & afin de l'y obliger d'autant plus, je m'offre, en récompense, de l'avertir des principales fautes que j'ai remarquées dans son Aristarque[4].

  1. Lettre perdue.
  2. Voir ci-avant p. 127 et p. 144, éclaircissements.
  3. ne. . . c'est) n'en ai qu'une mémoire fort confuse.
  4. surnom donné par Descartes à Roberval en raison de son livre