Page:Dessaulles - Papineau et Nelson, blanc et noir... et la lumière fut faite, 1848.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 52 —

Dr. Nelson ne tenait pas plus à l’honneur il y a dix ans qu’aujourd’hui.

Epaminondas, qui comme général ou comme homme d’honneur était peut-être l’égal du Dr. Nelson, disait lui, qu’il n’était pas permis de mentir même en badinant. Epaminondas était un payen, direz-vous ! C’est vrai, et cela prouve qu’il y a aujourd’hui un chrétien qui ne vaut pas ce payen.

Le langage de M. Papineau, que tout homme bien élevé désavoue est malheureusement très propre à faire impression sur notre peuple.

MERCI DU COMPLIMENT, AU NOM DU PEUPLE.

Maintenant je suis arrivé à ce coup de tonnerre qu’on a cru m’adresser. Je copie car on ne peut trop répéter d’aussi belles paroles, d’aussi beaux sentiments. « L’homme qui fait profession d’athéisme et qui n’a pas par conséquent la crainte de Dieu, croit qu’il peut insulter impunément à la divinité et aux hommes. La religion du serment n’est rien pour lui. C’est pourquoi le neveu de M. Papineau n’a pas craint d’avancer les plus grands mensonges, non seulement sous sa signature, mais encore sous serment. »

Et notre Sganarelle politique de dire : Voilà justement ce qui fait que M. Papineau s’est sauvé… Quelles têtes ! Bon Dieu !

Il s’est donc trouvé un homme assez incapable de mettre deux idées ensemble, pour ne pas songer qu’un pareil article déshonore le pays, et qu’à l’étranger, on doit avoir une bien petite idée de la moralité publique d’un peuple chez lequel