Page:Deulin - Les Contes de ma mère l'Oye avant Perrault.djvu/381

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


par lui que par les loups. La femme les prit et les mit sous son lit.

Quand l’ogre revint, il dit en entrant à sa femme :

— Ma femme, il sent la chair fraîche, ns, ns, ns, il sent la chair fraîche !

La femme lui dit que c’était le bœuf qui était à la broche. Mais il ne la crut pas, il regarda sous le lit, les tira tretous par le pied et dit que ce serait pour son déjeuner.

Il avait onze filles, et il mit les petits garçonnets coucher dans la même chambre. Mais il mit des bonnets d’or à ses filles et des bonnets de toile aux garçonnets.

Mais quand elles dormirent, le Petit Poucet prit les bonnets d’or aux filles et leur mit les bonnets de toile.

Quand l’ogre, qui avait faim, vint la nuit tuer les enfants, pour qu’ils ne se sauvassent mie, il tua les filles et laissa les petits gars, parce qu’ils avaient les bonnets d’or.

Quand il fut retourné dans son lit, le Petit Poucet réveilla ses frères et leur dit qu’il fallait s’enfuir de la maison. Ils s’en allèrent bien vite dans le bois, où ils se couchèrent sous un rocher.

L’ogre, quand il se réveilla, voulut manger les petits garçonnets, mais il trouva qu’il avait tué ses filles. Il prit ses bottes de sept lieues, s’en fut dans le bois et arriva contre le rocher ; mais il ne trouva