Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/121

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


O Oh ! que par tant d’exploits vous serez embellis lis
U Votre gloire en tous lieux du combat de Marsaille aille
R Rendant la Ligue entière après mille combats bas.
 
B Belge, tu marcheras pareille à la Savoye voye
O On te voit tout tremblant sous un tel Souverain Rhin
N Nous te verrons aussi sous un Roi si célèbre Ebre.

Quelquefois les acrostiches commencent à rebours ; c’est-à dire, par la première lettre du dernier vers, en remontant de-là jusqu’au premier. Telle est celle que Guillaume de S. André a fait de son nom aux 22 derniers vers de son Poëme sur Jean IV, Duc de Bretagne. Ce Poëme se trouve dans le second Tome de la nouvelle Histoire de Bretagne, p. 691. Prenez un homme tout-à-fait ignorant, il mettra tous les Poëtes du monde en même rang, depuis Virgile jusqu’aux faiseurs d’acrostiches. Pélisson. Discours sur les Ouvrages de Sarrasin.

Quelques Auteurs appellent aussi Acrostiches les deux épigrammes du premier Livre de l’Anthologie, C. 38, faites à l’honneur, l’une de Bacchus, & l’autre d’Apollon, & composées de 25 vers, dont le premier est la proposition, ou le dessein de l’épigramme, les 24 suivans sont composés chacun de quatre épithètes commençant tous quatre par la même lettre, & disposés ainsi selon l’ordre alphabétique des 24 lettres des Grecs, ensorte que le premier de ces 24 vers comprend quatre épithètes qui commencent toutes par α le second quatre épithètes qui commencent par β le troisième quatre épithètes qui commencent par γ & ainsi des autres jusqu’à ; ω Ce qui fait 96 épithètes pour chacun de ces Dieux.

Acrostiche, est encore un vieux mot qui signifioit autrefois cens. Le Traité fait avec le Clergé de Romanie le 15 de Décembre 1219 par Conon de Béthune, Bail de l’Empire, portoit que toutes les Eglises Cathédrales jouiroient librement des immeubles dont elles étoient en possession dès le temps de l’Empereur Alexis Bambacorax, (c’est Alexis Comnène qui regnoit six vingt ans auparavant, ainsi nommé à cause de sa voix désagréable, ) & que ses biens seroient exempts de toute Juridiction laïque & de toute exaction excepté l’acrostiche, c’est-à-dire, le cens. Fleury.

Acrostiche, est aussi adj. des vers acrostiches ; c’est-à-dire, des vers dans lesquels il se trouve un acrostiche, ou plusieurs acrostiches. Sonnet acrostiche. Lettres acrostiches, lettres initiales ou finales d’un acrostiche.

☞ ACROSTOLION. s. m. C’étoit l’extrémité de la proue des vaisseaux anciens. Le rostrum étoit plus bas & à fleur d’eau.

ACROTÈRES. s. m. Terme d’Architecture, qui se dit des petits piédestaux qui sont au milieu, & aux deux extrémités d’un frontispice, & sur lesquels on pose des figures. Acroteria. Les acrotères des côtés doivent avoir de hauteur la moitié de celle du fronton, & celui du milieu une huitième partie de plus, selon Vitruve. Dans l’Architecture Françoise, ce terme exprime les petits murs ou dosserets que l’on place à côté des piédestaux, entre le socle & la tablette des balustrades. Ces acrotères sont destinés à soutenir la tablette continue d’un piédestal à l’autre, & font l’office de demi-balustres, que quelques Architectes affectent dans leurs décorations ; ce qu’il faut éviter, dit M. Blondel.

Le Dict. de l’Encyc. d’où cette observation est tirée, fait Acrotères féminin. Le dict. de l’Acad. Fr. le fait masculin.

Acrotères, signifie quelquefois, les extrémités ou les faîtes des bâtimens. Extrema, Fastigia.

Acrotères, sont encore certains promontoires, ou lieux élevés qu’on voit de loin sur la mer.

ACROTERIA. s. m. Terme purement Grec ; ἀκροτήριον : On ne s’en sert qu’en parlant de médailles. C’est un ornement de vaisseau recourbé, & il marque une victoire navale, ou une ville maritime.

ACROUPETONS. adv. Borel ne fait qu’un mot de ces quatre syllabes; il dit que ce mot veut dire, en un monceau, acervatim, & qu’il vient d’accroupir, qui vient de croupion. Dans quelques Provinces, le peuple dit encore acroupetons, pour exprimer la posture de ceux qui sont assis sur leurs talons, ou qui étant appuyés sur les pieds, ont le corps tellement plié, qu’ils sont presque assis à terre, & qui sont ainsi ramassés, comme en un monceau.

ACS.

ACSARAY, ou AINZARBA. Axara, Anazarbus. Ville ancienne de la seconde Cilicie, nommée Anazarbe, du nom d’une montagne voisine, ou de celui de son Fondateur. Dans la suite elle fut archiépiscopale. Elle porte les noms de Diocésarée, de Cœsaraugusia, & de Justinopolis. Les tremblemens de terre l’ont réduite à n’être plus qu’un bourg de Caramanie dans l’Asie mineure, situé sur la rivière de Marmistra. Ses noms modernes sont une corruption de l’ancien nom d’Anazarbe.

☞ ACSICATH, ou ACSIKET, ou ACSICAT. Ville d’Asie, dans la Transoxiane, au nord du Sihun, à 101 d. 10’ de long. & à 42 d. 20’ de lat. selon les Arabes, & à 94 de long. & 40 d. 20’ de lat. selon M. de L’Isle.

☞ ACSOR. Ville de la Thébaïde supérieure, sur le bord du nil, à une journée de la ville de Couss.

ACSU. Nom d’un lac & d’une rivière de l’Anatolie. Le lac d’Acsu, Palus Ascania, est près de la ville de Nicée ou d’Isnic, d’où vient qu’on l’appelle aussi lac d’Isnic ou de Nicée. La rivière d’Acsu, Ascanius Fluvius, traverse le lac d’Acsu, baigne la ville de Nicée, & va ensuite se jeter dans la mer de Marmara. Voyez encore Aczu.

☞ ACSU, ou ACHE. Ville, la même qu’Aczu. Voyez ce mot.

ACT.

ACTAMAR. s. m. Lac de la Turcomanie. Arcissa Palus. Il est dans le pays des Cardes, & s’appelle encore Abaunas ou Lac de Vasian, ou Lac de Van, parce que ces deux lieux sont sur ses bords. Il reçoit plusieurs rivières, & ne se décharge par aucune.

☞ ACTE. s. m. Signifie en général l’action d’un agent, une opération quelconque, un effet produit par quelque puissance. Actus, actio.

☞ L’acte est l’exécution de la chose, & est opposé à la puissance, qui est la capacité d’agir ou de souffrir. On dit réduire la puissance à l’acte.

Acte, en logique, se dit des opérations, des actions de l’entendement. Ces actes, sont l’appréhension simple & complexe, le jugement & le raisonnement. Discerner, examiner, est un acte de l’entendement.

Acte, en morale, se dit 1° dans le même sens qu’en logique, des actions & des opérations de la volonté. Tout choix est un acte de la volonté. Préférer une chose à une autre est un acte de la volonté.

☞ 2° On le dit de toutes les actions d’un agent, raisonnables, bonnes ou mauvaises. Les mêmes actes répétés plusieurs fois, forment l’habitude. C’est un acte de prudence de savoir se taire. C’est un acte de scélérat de trahir son ami. Quand Dieu chatie les hommes, c’est un acte de justice : quand il les récompense, c’est un acte de miséricorde.

Acte, se dit plus particulièrement encore dans la morale Chrétienne, de certains mouvemens vertueux que l’ame produit au dedans d’elle-même, pour s’exciter à l’amour de Dieu ou du prochain, généralement à l’amour du bien. C’est dans ce sens qu’on dit acte de foi, de contrition, de charité, d’humilité, &c.

☞ On distingue en Théologie & en morale les actes humains & les actes de l’homme. Actus humani, actus hominis. Voyez au mot humain la différence que l’on met entre ces sortes d’actes.

Acte, en Physique & en Métaphysique, c’est ce qui actue, c’est-à-dire, ce qui donne la perfection à une chose, ce qui est en elle la consommation de son être dans son espèce, le principe de ses qualités, propriétés & actions. Ainsi en Physique c’est la forme, & il est opposé à la matière. En Métaphysique c’est la différence. En ce sens acte est ou respectif, ou absolu. L’acte est respectif quand il actue, qu’il informe une autre chose, comme l’ame qui informe le corps. Il est