Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/30

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

un fils & une pierre. Le mot Achal, dans les langues orientales, signifie tuer & manger : de sorte que pour dire que Saturne tuoit les enfans que Rhée lui faisoit remettre entre les mains, on a dit qu’il mangeoit des pierres. On a appellé ces prétendues pierres Abaddir : ce qui est un mot formé de ces deux, Abendir, qui signifient l’enfant d’un autre ; car dir peut être la même chose que zar, c’est-à-dire, alienus, parce que le daleth & le zaïn se changent facilement, & que l’on n’a aucun égard aux voyelles dans les étymologies orientales. Combien de suppositions ridicules. Comment s’ensuit-il que, parce que les Arabes disent Ibu pour fils, les Phéniciens ont dit Aben ? Dans quelle Langue orientale Achal signifie-t-il tuer ? Comment prouve-t-on que ceux qui ont les premiers inventé cette fable, parloient Phénicien ? Est-ce Cadmus & ses compagnons, qui l’ont apportée en Gréce ? Mais quel est ce Saturne qui tuoit tous ses enfans, & dont ces Phéniciens raconterent les aventures en Gréce ? Comment s’ensuit-il enfin que, parce que le ד & le ז se changent quelquefois en Chaldéen, & dans des siècles bien postérieurs, ils se soient changés de même dès le commencement en Phénicien ? On ajoute, les Grecs nommoient cette pierre Βαίτυλος : ce mot vient de batal, ou batil, comme écrivent les Arabes, qui veut dire faux & méprisé : ce qui convient fort-bien, dit-on, avec l’histoire que l’on vient de rapporter, puisque les enfans que Saturne faisoit mourir, n’étoient pas de Rhée, mais apparemment de quelque esclave. Tout cela quadre mal avec la mythologie, qui nous apprend que Saturne mangeoit les propres enfans de Rhée. Enfin batal, dans le sens qu’on lui donne, est purement Arabe, il n’est point Hébreu : grand préjugé qu’il n’étoit point non plus Phénicien. Quel mélange monstrueux de prétendu Phénicien, de Chaldéen, d’Arabe !

Bochart, dans son Chanaan, L. II. C. 2. nous fournit encore une autre étymologie. Il dit que Abaddir est formé du Phénicien aben, pierre, & dir, sphérique ou rond. Il tire cette dernière signification non-seulement de l’Arabe, mais encore de l’Hébreu, où דור, dur, ou plutôt dour, signifie pila, une balle, & דר, dor, margarita, une perle, & par conséquent un corps rond. Il montre que ce nom convient à la pierre Βαίτυλος, ou abaddir, parce que Damascius & Pline nous apprennent qu’elle étoit ronde. Il faut louer les efforts de tous ces Savans, pour nous éclaircir une antiquité si reculée, sans se livrer aveuglément à toutes leurs opinions. Je m’étonne que personne n’ait dit que Abaddir venoit de abad, perdre, & dour habitation, demeure. Car cette pierre fut cause qu’il perdit le Ciel, son séjour & sa demeure.

Priscien rapporte qu’Abaddir étoit aussi le nom d’un Dieu. Isidore dans ses gloses, & Papias témoignent la même chose : Et S. Augustin, écrivant à Maxime de Madaure, dit que les Carthaginois avoient des Dieux nommés Abadirs. Il semble que ce nom n’étoit pas un nom propre, mais un nom appellatif qu’on donnoit aux Dieux plus grands & plus considérables ; car Ab-addir sont deux noms purement Hébreux & Phéniciens, signifiant Pere magnifique. C’est ainsi que les Grecs ont distingué les Dieux & les Démons, δαίμονες ; & les Romains, Dii majorum gentium, & Dii minorum gentium.

Quoiqu’il en soit de tout ceci, il est certain qu’en Orient bien des peuples ont adoré des pierres informes, ou de la figure d’un cône. On le dit des anciens Arabes. On en trouve sur les médailles de Séleucie de Syrie ; témoin celle de M. Antonin Pie, au revers de laquelle se voit un temple à quatre colonnes, dans lequel paroît une pierre en forme de cône, que l’on prend pour la figure du mont Casius & de Jupiter Casius, qui étoit honoré sur cette montagne. L’Inscription est : ΚΕΛΕΥΚΕΩΝ ΠΙΕΡΙΑΚ, & dans l’exergue : ΖΚΥΚ ΚΑΚΙΟΚ, en deux lignes. La Vénus de Paphos étoit aussi représentée par une pierre taillée en forme de cône. Voyez au mot Venus.

ABAEUZ. s. m. & adj. Terme de Coutume. Biens Abaeuz. Bona vacantia. Il en est parlé dans l’ancienne coutume du Poitou. Ce sont, dit Ragueau, des biens vacans, ou les biens de ceux qui vont de vie à trépassement, & ne délaissent aucuns parens ou lignagers qui leur doivent ou veuillent succéder ; auquel cas lesdits biens appartiennent au Bas-Justicier, en la Seigneurie duquel lesdits biens étoient au temps de son décès, si le défunt n’avoit testamenté, ou autrement ordonné de ses biens.

☞ ABAGAMEDRI. Royaume de l’empire des Abissins. Voyez Bayember.

ABAIBES, ou ABIBES. s. m. pl. Montagnes de l’Amérique méridionale. Abaïbæ montes. Elles se trouvent dans le gouvernement de Carthagène, en terre ferme, près du golfe d’Uraba, & sont célébres à cause de leur hauteur excessive. Maty.

ABAISER, v. a. Vieux mot qui signifie Appaiser. Sedare, componere.

 Mais ne pot souffrir tel desroi,
Pallas qui la noise abaisa.

ABAISSE. s. f. Terme de Pâtissier. C’est la pâte qui fait le fond, le dessous d’une pièce de pâtisserie.

ABAISSEMENT. s. m. Diminution de hauteur. Depressio. L’abaissement de ce mur, qui ôtoit la vûe à cette maison, l’a bien égayée.

On dit par extension, abaissement de la voix. C’est l’opposé d’élévation. Voyez ce mot.

Abaissement, se dit figurément en choses morales, pour humiliation, diminution de crédit & de grandeur ; diminution de mérite, ou de réputation ; état d’avilissement & de misère. Demissio, submissio. L’abaissement devant Dieu est le plus nécessaire des devoirs du Chrétien. Cette pieuse princesse travailloit à humilier sa grandeur par des abaissemens volontaires. Flech. On approuve tout ce que disent les Grands par un abaissement extérieur de l’esprit, qui plie sous le faix de leur grandeur. Port-R. Les ambitieux veulent exciter des mouvemens de terreur, de respect & d’abaissement sous leur grandeur. Port-R. Il déchiroit la réputation de ces grands hommes, comme si leur abaissement contribuoit à sa gloire. Ablanc. Jesus-Christ a paru sur la terre dans un profond abaissement. Ce triste abaissement convient à ma fortune. Racine.

Abaissement. Terme de Blason. Voyez Abattement.

Abaissement du pôle. Terme d’Astronomie. Il est opposé à l’élévation du pôle. Voyez ces mots.

Abaissement d’une étoile sous l’horizon. C’est la quantité de degrés, dont elle se trouve au-dessous de l’horizon ; ou, si l’on veut, l’arc du cercle vertical qui se trouve compris entre cette étoile & l’horizon.

Abaissement (des équations) en Algèbre. C’est leur réduction au moindre degré dont elles soient susceptibles.

ABAISSER. v. a. Faire aller en bas. Deprimere. Il se dit de choses faites pour en couvrir d’autres, mais qui étant relevées les laissent à découvert. Abaisser le dessus d’une cassette ; abaisser les paupières. Syn. fr.

Il signifie quelquefois Diminuer de la hauteur. Abaisser une muraille. Dict. de l’Acad. Voyez la remarque suivante de M. l’Abbé Girard.

Abaisser, ne se dit bien que des choses qui sont faites pour en couvrir d’autres, & qui étant relevées les laissent à découvert. On abaisse le dessus d’un coffre, une trape qu’on avoit levée. On abaisse les paupières, sa coiffe, sa robe. Ses opposés sont lever & relever, suivant les occasions où ils sont employés. Baisser se dit des choses qu’on place plus bas, de celles dont on diminue la hauteur, & de certains mouvemens du corps. On baisse une poutre, on baisse les voiles d’un navire, on baisse un bâtiment, un toit trop élevé, un mur trop exhaussé. On baisse les yeux, la tête. Dans tous ces exemples abaisser seroit très-mal.

Abaisser, signifie aussi, Diminuer le prix. Minuere. Le bon ordre de la police a fait abaisser le prix du blé ; c’est-à-dire, qu’il est diminué. Ce mot en ce sens n’est pas du bel usage ; il faut dire rabaisser. Voyez Rabaisser.