Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/373

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

L’Eglise grecque fait la Fête des SS. Anges, l’onzième de Janvier, Bollandus, T. I, p. 665, & l’Eglise latine, le second d’Octobre. On compte dans l’Ecriture neuf Hiérarchies des Anges. Nous avons la ridicule fantaisie de nous faire accroire que les cieux ne roulent que pour nous, & que les Anges mêmes qui composent ces grandes Hiérarchies, n’ont été créés que pour avoir soin de nos commodités. Moth. Vay. Nous peignons les Anges en figure humaine, dit Jean de Thessalonique, parce qu’ils ont souvent ainsi apparu à ceux à qui Dieu les a envoyés. Fleur.

Ange, se prend spécifiquement pour une des créatures, qui est du neuvième & du plus bas cœur de la Hiérarchie céleste : les Anges, Archanges, &c. L’Ange exterminateur. Un Ange de lumière, c’est un bon Ange. L’Ange de ténèbres, c’est le Diable. La première de ces expressions est prise de S. Paul, II, Cor. XI, 14, & signifie un bon Ange, un saint Ange. La seconde est faite par l’usage, à l’imitation de celle de S. Paul, & signifie un mauvais Ange. Sathan même se transforme en Ange de lumière. S. Paul, à l’endroit cité. Se garantir des illusions de l’Ange de ténèbres, & se mettre à couvert de ses prestiges. Bourdal. Exh. T. I, p. 327. Cet esprit de ténèbres, qui se transforme quelquefois en Ange de lumière. Bouh. L’Ecriture fait mention de Satan, & de ses Anges. L’Ange gardien, ou le bon Ange, est celui que Dieu a commis à la garde de chaque personne. Angelus custos, tutelaris. Les Platoniciens tenoient de même, que chacun étoit sous la protection d’un Génie particulier. Toutes les prières des Turcs finissent par le salut qu’ils rendent à leurs Anges gardiens. Du Loir Voyage du Lev. p. 147.

Ange, se dit figurément en parlant de celui qui a une qualité extraordinaire. Cet Auteur écrit comme un Ange. Cet homme peint comme un Ange, c’est-à-dire, très-bien. Il a la voix d’un Ange. Cette fille est un Ange, un Ange mortel ; elle a le visage d’un Ange. On dit qu’un homme vit en Ange, quand il vit dans une grande pureté ; & pour cette raison on a donné autrefois aux Papes & aux Evêques le nom d’Ange, comme témoigne Du Cange. Ces façons de parler s’expriment en latin par les adverbes, pulchrè, mirificè, mirabiliter. Dans l’Apocalypse ce nom est donné aux Pasteurs de plusieurs Eglises : l’Ange de l’Eglise d’Ephese : l’Ange de l’Eglise de Smyrne. On l’a donné à plusieurs autres hommes par excellence, à cause de leurs qualités extraordinaires : Saint Thomas est l’Ange de l’Ecole. Pasc. Pour faire entendre qu’il excelle entre les Scholastiques. C’est une société d’hommes ou plutôt d’Anges. Id. Mais, Madame, après tout, je ne suis pas un Ange. Mol. C’est-à-dire, je n’ai pas la sagesse d’un Ange, pour résister à vos charmes. On appelle des manches d’Anges, certaines manches de femmes qui sont fort larges, & qui ne vont qu’à la moitié du bras, parce qu’on habille ainsi les Anges quand on les peint. Un lit d’Ange, est celui dont les rideaux sont faits en pavillon, retroussés & suspendus au plancher, & sans quenouille. De l’eau d’Ange, est une eau odoriférante, faite de plusieurs fleurs & aromates, qui est extrêmement agréable.

Ange, pris absolument, est un nom que les Poëtes & les amans donnent quelquefois à leurs maîtresses.

À la fin mes yeux sont contens,
Amour a ramené mon Ange. Theoph.

Ange bouffi. Terme populaire. On donne communément ce nom aux enfans qui ont le visage fort plein & de grosses joues qui avancent, apparemment parce que les Peintres représentent communément ainsi les Anges, & sur-tout les Chérubins & les Séraphins. Angelus tumens, timidus.

Ange. s. m. Espèce de monnoie sous Philippe de Valois. Dans l’édit qui en ordonne la fabrication, ces anges sont nommés Angelots. Voyez ce nom. On discontinua de les fabriquer l’an 1342. Ils furent toujours d’or fin, mais ils ne furent pas toujours de même poids : les premiers pesoient 5 deniers 16 grains, & on les appeloit Premiers Anges. On en fit dans la suite qui ne pesoient seulement que 4 deniers, 13 grains, & c’étoient les troisièmes anges. L’écusson que l’ange tient de la main droite n’est rempli que de trois fleurs-de-lys. Le Blanc. Le même Auteur, dans ses tables du poids & de la valeur des monnoies, distingue sous Philippe de Valois en 1340, 1341, & 1342, des anges & demi-anges, d’or fin les uns & les autres. Ceux-ci à la taille de 67 au marc, & ceux-là à la taille de 33 au marc en 1340, & de 38 en 1342, & de 42, en 1342. Il dit aussi dans sa préface p. 6. que ange & angelot sont la même chose. L’ange qui est sur cette monnoie, lui fit donner son nom. Id.

Ange, en termes d’Artillerie, est un boulet de canon fendu en deux, dont les deux moitiés sont attachées par une chaîne ou barre de fer. On en tire sur la mer pour désemparer les vaisseaux, & pour rompre les cordages, mâts & manœuvres des ennemis.

Ange, est aussi le nom du principal étendard de l’armée. Dans les commencemens de l’Empire d’Occident, on portoit l’ange devant l’Empereur. Voyez Witikind, Liv. I.

Ange, est aussi un poisson de mer, qu’on fait passer pour de la raie, parce qu’il lui ressemble ; mais il est plus gros, & il a la chair plus dure. Squatina.

Ange, est employé par le peuple dans quelques provinces, pour signifier un Sergent. A Dijon, envoyer un ange, c’est envoyer un Sergent, ce qui dans le temps de l’introduction du papier timbré, donna lieu à un pauvre homme que son créancier avoit fait assigner, de dire, Ai m’é anvié trois ainges, par où il entendoit le Sergent & l’assignation, où pour timbre la figure de deux anges étoit marquée. Glossaire Bourguignon, au mot Ainge.

On dit proverbialement, rire aux anges quand on rit seul & sans sujet : boire aux anges, quand on ne sait plus quelle santé on peut boire. On appelle par raillerie les crocheteurs, des anges de grève, à cause de leurs crochets qui tiennent lieu d’ailes. On dit aussi d’un visionnaire, ou d’un homme qui a reçu quelque coup violent dans les yeux, qu’il a vu des anges violets.

Ce mot vient du grec ἄγγελος, qui signifie, messager, envoyé.

Ange. Les montagnes d’Ange. Quoi qu’il en soit du mot Ange, que l’on n’a point entendu jusqu’ici, les montagnes d’Ange sont celles, ou plutôt une partie de celles qui bordent la Cilicie du côté de l’orient, & la séparent de la Syrie. C’est le mot Amanus.

S. ANGE. Une des Îles Mariannes. Angelonesus. Elle se nomme en langue du pays Aguignan. Voyez ce mot. P. Morales, Jés.

ANGEINE. s. f. Catherine de Laval, jadis Comtesse de Léon, dans une quittance qu’elle donne au duc de Bretagne l’an 1281, le mercredi emprès la Fête de Saint Martin d’été, dit que le payement étoit dû de cette angeine prochaine à venir. Sur quoi le P. Lobineau dit que l’Angevine (car il écrit toujours ainsi, au lieu d’angeine, qui est dans l’acte dont nous parlons) que l’angevine, dis-je, est l’une des fêtes de la Sainte Vierge, le 8 de Septembre. C’est celle de la Nativité. Cela fait conjecturer que ce mot pourroit peut-être venir de Anna & genuit, ou Annæ genitalis dies, ou genitura, le jour de l’accouchement de Sainte Anne. Sainte Anne est depuis long-temps particulièrement honorée en Brétagne, il ne seroit pas surprenant qu’ils eussent donné son nom à cette Fête.

ANGEIOGRAPHIE. s. f. Il vient du grec ἀγγεῖον, vas, & γράφω, describo. C’est la description des poids, des vases, des mesures, des instrumens pour l’agriculture. L’angeiographie est vaste, étendue, épineuse. Ferrari, Albert Rubens, Wormius, Sonetius, on écrit de l’angeiographie.

☞ ANGEÏO-HYDRO-GRAPHIE. s. f. Terme d’Anatomie. Description des vaisseaux lymphatiques. Angeïo-hydro-graphia.

☞ ANGEÏO-HYDRO-LOGIE. s. f. Discours sur ces mêmes vaisseaux. Angeio-hydro-logia.

ANGEIOLOGIE. s. m. Terme d’Anatomie. C’est l’histoire ou la description des vaisseaux du corps humain, qui sont les nerfs, les artères, les veines & les vais-