Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/527

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Arithmeticus. Nombre arithmétique. Figure arithmétique. progression, proportion arithmétique.

ARITHMÉTIQUEMENT. adv. D’une manière arirhmétique. Arithmeticè. Démontrer arithmétiquement. quantités proportionnelles arithmétiquement.

ARITHMOMANTIE. Voyez Arithmantie.

☞ ARIUS. Prêtre de l’Eglise d’Alexandrie. Voyez Arianisme & Ariens.

ARIZA. Bourg d’Arragon, en Espagne. Ariza, Ariobriga. Il est aux frontières de la vieille Castille, sur le Xalon, au-dessus de Calatajud. L’ancienne ville d’Arsi ou Arci, est Ariza ou Arcos, ville de la vieille Castille, à la source du Xalon.

ARK.

ARKEL, ou ARKLE. La terre d’Arkel ou d’Arkle. contrée du Brabant impérial. Herculis tractus ou pagus. Il est dans le quartier d’Anvers, au voisinage de la seigneurie de Malines. La ville de Lière ou Lire est le lieu principal.

ARKI. Nom de ville. Archium. Il y a deux villes de ce nom, dans la Turquie en Europe, toutes deux sur la Save qui les sépare l’une est en Bosnie, au confluent du Bosara & de la Save ; l’autre est en Esclavonie.

ARL.

☞ ARLANC. Bourg de France, en Auvergne, élection d’Issoire, généralité de Riom.

ARLANZA. Petite rivière d’Espagne. Arlanza. Elle est dans la vieille Castille, part de la ville de Lara où est sa source, & après avoir arrosé la ville de Lerme, elle va se rendre dans l’Arlanzon.

ARLANZON. Rivière d’Espagne. Arlanzo. Elle a son cours dans la vieille Castille, où elle baigne Burgos : ensuite de quoi, grossie de l’Arlanza, elle va grossir elle-même la Pizuerga, aux confins du royaume de Léon.

ARLEBERG. Montagne qui fait partie des Alpes Rhétiques. Arula. Elle s’étend dans le Tirol, entre le lac de Constance, le Rhin, le Brégents, l’Ill & l’Inn. Ce nom est formé du nom latin Arula, & du mot allemand Berg, qui signifie montagne. Souvent le a latin se change en e muet, qui se retranche ensuite.

☞ ARLEQUIN. s. m. personnage qui, dans la Comédie italienne, fait le rôle de bouffon, pour divertir le peuple par ses plaisanteries. On donne aussi ce nom aux valets des danseurs de corde, & qui ont des habits bigarrés & chargés de pièces de différentes couleurs.

☞ Ce nom vient d’un fameux Comédien Italien, qui vint à Paris sous Henry III. Comme il alloit souvent chez Messieurs de Harlay, ses compagnons l’appelèrent Harlequino, c’est-à-dire, petit Harlay, nom qui est demeuré à ses successeurs dans le même métier. Men.

☞ On a donné le nom d’Arlequin à un petit oiseau, à cause de la variété des couleurs de son plumage.

ARLEQUINADE. s. f. Scurrilitas. Bouffonnerie d’Arlequin, soit dans les paroles, soit dans le jeu. Les Italiens se contentent de faire un plan pour la distribution des rôles ; & dans le temps de la représentation, chaque acteur produit sur le champ ce qui lui convient ; ensorte qu’à cet égard les Comédies Italiennes ressemblent parfaitement aux conversations & aux entretiens ordinaires … Ils ont cependant des pièces sérieuses, & même des Tragédies, dont les rôles sont appris par cœur. Mais outre qu’elles leur paroissent moins propres, les arlequinades qu’ils y mêlent souvent, défigurent ces sortes de représentations Merc. Févr. 1726.

ARLES. Arelate, Arelas, Arelatum. Ville de France, dans la Provence & sur le Rhône. Arles est une ville très-ancienne. Quelques Auteurs fabuleux prétendent qu’elle a été bâtie par Arule petit fils de Priam, ou pour le moins par Arel fils de Gad, Gen. XLVI, 16. D’autres croient qu’elle fut fondée par les Phéniciens, de même que Marseille, & à-peu-près au même temps. Pline la nomme Sextanorum Colonia, c’est-à-dire, colonie des soldats de la sixième légion, parce que les Romains y conduisirent une colonie des soldats de cette légion. Scaliger prétend qu’elle fut nommée Constantia par Constantin le Grand ; & Aviénus dit que les Grecs l’ont appelée Théline, c’est-à-dire, Mamillaire, tant à cause de sa forme, qu’à cause de ses richesses, & de l’abondance de toutes choses qui s’y trouvoient.

Le nom Arles s’est formé du latin Arelas. Gassendi, dans la vie de M. Peirese, dit, que le nom d’Arles vient ou du grec ἄρης, Mars, & Λαὸς, peuple, c’est-à-dire, peuple de Mars, & belliqueux, ou de ara lata, autel large ; ou enfin de la langue britannique, dans laquelle ce nom signifie une ville située dans un lieu marécageux. Gassendi a pris ceci de Cabden, qui dit qu’en breton Ar signifie sur ; & lait, humide, marécageux. Bochait embrasse ce sentiment de Cabden dans son Chanaan. Liv. I, ch. 42, & tire le mot breton lait de l’hébreu ou phénicien, לחות, lahhuth, qui signifie la même chose. Chorier, dans son Histoire de Dauphiné, T. I, pag. 92, convient que Arelas, nom de la ville d’Arles, signifie dans l’ancienne langue celtique, une ville bâtie en une terre marécageuse ; mais il veut qu’il vienne d’ἀρὰ, auprès, & d’ἕλος, une palus ou un marais.

Arles, devenue colonie romaine, fut le siège du Préfet du prétoire dans les Gaules. Constantin en fit ensuite le siège de l’Empire dans les Gaules. A la décadence de l’Empire, les Rois de Bourgogne s’en emparèrent. Théodoric, Roi des Visigoths, y demeura longtemps, & l’orna beaucoup. Arles eut dans la suite ses Rois particuliers. Les médailles sur lesquelles on trouve Par. Parl. Sarl. Sar. sont, à ce que l’on prétend, des monnoies d’Arles, & ces lettres s’expliquent par les Antiquaires, Percussus Arelate, ou plutôt, populus Arelatensis, Senatus Arelatensis. Tar. Tributum Arelatensium.

Le Royaume d’Arles, regnum Arelatense. Le royaume d’Arles a encore porté le nom de royaume de Provence, & de royaume de Bourgogne Cis-Jurane, c’est à dire, d’en-deçà du mont Jura, Provinciæ ou Burgundiæ Cis-Juranæ regnum. Voyez Bourgogne. Il comprenoit la Provence, le Dauphiné, la Savoie, le Lyonois, la Bresse, le Bugey, & le Valromey. L’Evêque d’Arles étoit autrefois Vicaire du Pape dans les Gaules. Fleury. Cet état commença en 879, & Bozon en fut Roi en 931. Le royaume d’Arles ou de la Bourgogne Cis-Jurane, fut uni au royaume de la Bourgogne Trans-Jurane, dans la personne de Rodolphe II. Depuis 1032, jusqu’en 1379, le royaume d’Arles, fut possédé par les Empereurs, qui retinrent encore le nom de Rois d’Arles. Frédéric II en fut privé par son schisme & son hérésie ; & avant sa mort, qui arriva en 1248, on trouve des titres datés du règne d’Alphonse, Comte & Marquis de Provence ; Imperante Frederico schismatico, & in Provincia regnante Domino Alphonso Comite & Marchione Provinciæ. En 1245 les États de Provence & de Forcalquier passerent aux Comtes d’Anjou Rois de Sicile, par le mariage de Béatrix, Comtesse de Provence & de Forcalquier, avec Charles I, frère de S. Louis, & en 1481, il fut réuni à la couronne par le testament que fit en faveur de Louis XI, Charles III, Comte de Provence.

Boris a fait la Couronne Royale d’Arles. Honoré Bouche parle fort au long du royaume d’Arles, au premier Tome de son Histoire de Provence, Liv. VI, & suivans. Saxi a fait l’Histoire des Archevêques d’Arles sous le titre de Pontificium Arelatense. Voyez Grégoire de Tours, Liv. IX, ch. 30, 40 42. Fortunat, Liv. V, ch. 2. Cassiodore, Liv. VIII, ép. II. Méla, Liv. II, ch. 5. Pline, Liv. III, ch. 4. Strabon, Liv. IV. La longitude d’Arles est 22d. & sa latitude 43d, 34′. C’est l’Académie des Sciences qui l’a déterminé ainsi.

Arles, Bourg du Roussillon, en France. Arula. Il est au pied des Pyrénées, sur le Tech.

☞ ARLESHEIM. Ville de Suisse, dans l’Evêché de Bâle, & dans la Seigneurie de Birseck, dont elle est le principal endroit.

ARLET. s. f. Espèce de cumin dont il se fait un assez