Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/567

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

des anciens Atrebates, dont le nom a formé celui d’Artois. L’Artois fut séparé de la couronne par Charles le Chauve, qui le donna pour dot à sa fille Judith, mariée à Baudouin, Comte de Flandre. Il y fut réuni par le mariage de Philippe Auguste avec Isabelle de Hainaut, fille de Baudouin VI. Ce fut alors que l’Artois fut érigé en Comté, & le Roi en fit le Prince Louis son fils le premier Comte. P. Dan. Par la paix des Pyrénées, l’Artois fut cédé aux François, à la réserve des villes d’Aire & de S. Omer, que la France prit ensuite, & qui lui furent cédées par la paix de Nimégue.

ARTOLÂTRE. f. m. et f. Adorateur du pain. Si l’Orient avoit toujours cru que l’invocation postérieure aux paroles de Jésus-Christ est essentielle à la forme de l’Eucharistie, au jugement de cette grande Eglise, les Latins seroient des idôlatres ou des artolàtres y puisqu’ils adorent immédiatement après la prononciation des paroles de Jésus-Christ. Mém. de Trév. De ἄρτος, panis, & λατρεύω, religiosè colo.

ARTOLITHOS. s. m. Pierre creuse de la nature de l’éponge, imitant un pain rond, d’où lui vient son nom.

ARTOMAGAN. Île de l’Occan oriental, qu’on appelle aussi Oramagan. Artomagana, Oramagana. C’est une des îles des Larrons, par laquelle les Espagnols prennent leur route quand ils vont du Mexique aux Philippines. Elle est presque au milieu de toutes les autres îles des Larrons.

ARTOMELLI. s. m. Cataplasme fait avec du pain & du miel. D’ἄρτος, pain, & μέλι, miel.

ARTONE. Abbaye de France. Artona. Elle est dans le territoire de Duxo, au pays d’Auribat, en Gascogne.

ARTONGATE. s. f. Nom de femme, Eartongota, Eortongoda. Ertongote, que nous appelons vulgairement Sainte Artongate, étoit fille du pieux Ercombert Roi de Kent. Baill.

☞ ARTONNE. Petite ville de France, dans la basse Auvergne, sur la rivière de Morges.

ARTOTYRITE. s. m. & f. Artotyrite. Nom de secte. Les Artotyrites étoient une branche des Montanistes, qui parut au IIe siècle, & infecta sur-tout la Galatie. Les Artotyrites se servoirait pour l’Eucharistie de pain ou de fromage, ou peut-être de pain mêlé & pétri avec du fromage. Leur raison étoit, que les premiers hommes avoient offert à Dieu, non seulement des fruits de la terre, mais aussi de ceux de leurs brebis. C’est de là, selon la remarque de S. Augustin, que leur vint leur nom, qui est grec, & composé d’ἄρτος, pain, & de τυρός, fromage. Voyez S. Epiphane, hér. 48, 59. S. Aug. hér. 79. Baron, à l’an 173.

☞ ARTRE. Oiseau. Voyez Martin-pêcheur.

ARTRODIE. s. f. Artrodia. Terme d’Anatomie. C’est une espèce d’articulation d’os dans laquelle une cavité superficielle reçoit une tête plate. L’articulation de la tête de l’os du bras avec la cavité de l’omoplate s’appelle artrodie.

ARTRON. s. m. Terme d’Anatomie. C’est une jonction naturelle d’os, dans laquelle les bouts des deux os s’entre-touchent. Il y en a deux espèces, la diarthrose & la synarthrose.

Ce mot & le précédent viennent du grec ἄρθρον, article ; ainsi il seroit mieux d’écrire Arthron & Arthrodie, mais l’usage prévaut. & nos Anatomistes l’écrivent comme on fait ici.

ARTROSE, ou plutôt ARTHROSE, s.f. Terme d’Anatomie, qui est grec, ἄρθρωσις, il signifie, articulation. Voyez ce mot.

ARTUS. s. m. Nom d’homme. Il y a eu un Roi Artus qui a régné en Angleterre. Il étoit brave & vaillant : il fut tué dans une bataille par les Saxons. C’est le Roi Artus qui a établi les Chevaliers de la table rende. Quelques-uns disent ARTUR, & d’autres ARTHUS, ou ARTHUR.

Artus. s. m. Nom d’une île. Arturii insula, Arturias. C’est une des Sorlingues, situées au midi de l’Irlande.

ARTZBOURG. Bourg de Bavière, en Allemagne. Artzburgum. Il est sur le Danube au-dessous d’Ingolstad, & il a une Abbaye.

ARTZIBURE. s. m. Nom que les Grecs donnent au premier carême des Arméniens, qui est de cinq jours, & que les Arméniens appellent Surpe fækisi-bax. Artziburus, Jejunum dierum quinque apud Armenios. Les Arméniens appellent ce carême le Jeûne de S.Sergius, ou des Ninivites, ou de Jonas. Le nom d’Artzibure est une pure calomnie, que les Grecs qui sont ennemis irréconciliables des Arméniens, ont inventée. Il n’y a que les Evêques, les Prêtres & les Religieux qui sachent la signification de ce mot d’Artzibure ; le peuple ne sauroit ce qu’on lui voudroit dire, si en lui parloit du carême d’Artzibure. Ce mot d’Artzibure signifie Précurseur, ou Avant-coureur, qui annonce une chose prête a arriver. Les Grecs prétendent que c’étoit le nom du chien de l’hérésiarque Sergius, dont les Arméniens ont été les disciples, & que ce chien fut ainsi nommé, parce qu’il avoit accoutumé de courir devant cet hérésiarque, & avertissoit par ce moyen que son maître étoit proche, afin qu’on le vint recevoir. Ce chien se perdit un jour dans un bois, & Sergius s’étant mis en chemin le lendemain à son ordinaire pour aller au lieu où il l’avoit envoyé, il fut surpris de ce que personne ne venoit au-devant de lui ; mais sâchant qu’Artzibure n’étoit point venu, il se douta que quelque loup l’avoit mangé dans le bois, ce qui se trouva vrai. L’affliction qu’il en eut fut si grande, à ce que prétendent les Grecs, qu’il ordonna un jeûne général, qui se devoit renouveler tous les ans durant toute une semaine. Les Arméniens ne regardent cette fable que comme une imposture inventée par les Grecs, à cause qu’ils observent ce jeûne en mémoire de Saint Sergius martyr, qui étoit Grec, & que les Grecs ne veulent point reconnoitre pour tel, disant qu’un Grec qui s’étoit mis au service des Arméniens, ne pouvoit pas être saint, ni avoir remporté la couronne du martyre, & qu’ainsi ils n’ont inventé la fable du chien de l’hérésiarque Sergius, que pour rendre ce jeûne odieux. P. Hélyot, T. I. p. 100 & 101. Voyez le Typique des Grecs, le Glossaire de Meursius, J. Gasp. Suicer. dans son Trésor Ecclésiastique, & L. Allatius. De Dominicis & Hebdomadibus Græcorum, Sect. 8.

ARU.

ARU. Petite rivière du comté de Sussex, en Angleterre. Elle passe à Arundel, qui en a pris son nom, & va ensuite se jeter dans la mer de Bretagne.

Aru. Ville de l’île de Sumatra. Arus, Arum. Elle est sur le détroit de Malaca, vis-à-vis la ville de ce nom. Aru donne son nom à un royaume dont elle est capitale, & à quelques petites îles voisines.

Il y a encore une île d’Aru parmi les Moluques, dans l’Océan Indien. Elle est au midi de la Terre des Papous. Elle donne son nom aux îles d’Aru, qui sont de petites îles autour de celle-ci.

ARVA, ARAVA, ARWA, AROWA. Petite ville de la haute Hongrie. Arva, Arava. Elle est sur une montagne au pied du mont Krapacz. C’est la capitale du comté d’Arva, petite province qui a le comté de Transchin au couchant, celui de Lipesc au levant, au midi le Wan, qui la sépare du comte de Tutosc, comme les monts Krapacz la séparent de la Pologne du côté du nord. Il est presque tout dans les montagnes.

ARVALE. s. m. Arvalis. Celui qui faisoit autrefois à Rome les sacrifices Ambarvales qui s’offroient à Bacchus & à Cérès pour la prospérité des biens de la terre ; c’est-à-dire, des blés & des vignes. Les Arvales étoient douze, tous gens des plus distingués de Rome, & s’appeloient Frères Arvales, en latin Fratres Arvales, ou le Collège des Frères Arvales, en latin, Collegium Fratrum Arvalium. Ils furent institués par Romulus, qui se mit lui-même du nombre. La marque de leur dignité étoit une couronne d’épis, liée d’un ruban blanc. Ce fut là, selon Pline, Liv. 18, ch. 2, la première couronne en usage à Rome. On dit que les bornes des champs étoient aussi de leur ressort ; mais Turnébe n’en convient pas. Adv. L. XXI. C. 1. Le nom Arvale est latin, dérivé de Arvum, qui signifie un Champ. Pline les appelle Arvorum Sacerdotes, Prêtres des Champs. Fulgence, dans son Livre, De prisco Sermone, explique plus distinctement l’origine de ces