Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/578

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

monéens. Tillem. Antigone, le dernier Prince de la race des Asmonéens, ou Machabées. Id. Le règne des Asmonéens, à le prendre depuis la retraite de Mathathias jusqu’à la mort d’Antigone, dura 126 ans selon Josephe ; mais il y a de l’erreur dans le nombre, il faut dire 129 ans, & 105 à le prendre depuis Simon. Là (142 années avant Jésus-Christ) commence le nouveau royaume du Peuple de Dieu, & la principauté des Asmonéens, toujours jointe au nouveau sacerdoce. Boss.

☞ ASMOUG. Nom d’un Démon, qui, selon la tradition des Mages ou de Zoroastriens, est un des principaux émissaires d’Ahermen qui est leur Prince, & l’auteur de tout le mal qui est au monde. d’Herbelot. Bibl. Orient.

ASN

ASNA. Ville d’Egypte. Asna. C’est l’ancienne Syène. Elle est dans le gouvernement de Girgio, sur le bord occidental du Nil.

ASNE. Voyez Âne.

ASNÉE. Voyez Ânée.

ASNERIE. Voyez Ânerie.

ASNESSE. Voyez Ânesse.

ASNIER. Voyez Ânier.

ASNIÈRE. Voyez Ânière.

ASNON. Voyez Ânon.

ASNONER. Voyez Ânonner.

ASO.

ASODES, ou selon quelques-uns, Assodes. s. f. ou adj. pris substantivement. Terme de Médecine. Espèce de fièvre continue, dont le symptôme essentiel est une inquiétude si grande autour du cœur & de l’estomac, qu’on ne peut demeurer dans une même place. Le malade a des nausées, quelquefois un vomissement assez considérable, &c. Ces symptômes font appeler cette fièvre en latin, Febris anxiosa, implacida & fastidiosa. Asodes est un mot grec ἀσώδης, fastidiosus, dégoûtant, inquiétant. Il vient de ἄση, fastidium, anxietas, dégoût, anxiété. On prononce Assodès, parce que le σ en grec, quoiqu’entre deux voyelles, n’a point la prononciation de notre z. Col. de Vilars.

ASOLA. Ville de l’Etat de Venise. Asola. Elle est dans le Bressan, sur la rivière de Chièse, près du Mantouan, dont elle faisoit autrefois partie.

ASOLO. Autre ville de l’Etat Vénitien. Asulum, Acelum. Elle est dans le territoire de Trevigny, sur une montagne, près de la source du Muson, entre Padoue & Feltri.

ASOM. Voyez Asem.

☞ ASONE, selon Corneille ASONO. Rivière d’Italie dans la Marche d’Ancone, où elle a sa source dans l’Apennin. Elle se perd dans la mer Adriatique.

ASOPA. Bourg de Grèce. Asopa. Il est dans le duché d’Athènes, à l’entrée septentrionale du golfe d’Egine. On la prend pour l’ancienne ville des Grecs, nommée Anaplystus, ou Anaphlystus.

ASOPH. Nom de ville. Voyez Azach. En France nous disons Asoph.

ASOPO. Rivière de Grèce. Asopus. Elle coule dans la Livadie, & se décharge dans le golfe de Négrepont.

ASOPUS. Fleuve. Asopus. Il y en avoit plusieurs de ce nom. Un entre autres en Béotie, dont parle du Loir dans son Voyage du Levant. Il le met sur le chemin d’Aulide, à Athènes, sur lequel il trouve un ruisseau, qui est un bras de l’Asopus, puis l’Asopus lui-même qui arrose une vallée. Voyez p. 306. Cet Asopus de Béotie n’étoit qu’un bras du Céphise. C’étoit sur le bord de cet Asopus, que l’on célébroit les fêtes de Bacchus. Les Ppëtes faisoient cet Asopus fils de Jupiter.

Un autre Asopus étoit en Thessalie, & se jettoit dans le golfe d’Œta, près des Thermopyles.

Un troisième Asopus étoit en Macédoine, & baignoit Héraclée.

Le quatrième Asopus étoit un fleuve du Péloponèse, & arrosoit le territoire de Sicyone. Il venoit du mont Cœloste, & se déchargeoit dans le golfe de Corinthe. C’est celui qu’on nomme aujourd’hui Arhon.

Le cinquième Asopus étoit dans l’Asie mineure, & baignoit Laodicée avec le Lycus.

ASOR, ou HHATSOR. s. m. Nom qui se donne à plusieurs Villes dans l’Ecriture. Il signifie proprement. Atrium, Villa.

Asor. Ville royale des Chananéens, & leur métropole, ou le siège du plus puissant de leurs Rois. Elle étoit très-forte. Josué cependant la prit, & elle fut consumée par le feu, & ensuite attribuée à la tribu de Nephthali. Elle n’étoit pas éloignée des frontières de la tribu d’Aser. C’étoit au temps de Jésus-Christ, une des villes de la Décapole. On l’appelle Assor, Hasor, Hazor, Eser & Heser. On prétend que c’est l’Antiopia de nos jours.

Il y avoit encore un Asor dans la tribu de Juda. Josué, XV, 25. Un autre dans la tribu de Benjamin, qu’Adrichomius place mal-à-propos dans celle d’Ephraïm. Un autre nommé autrement Hesron.

ASP.

ASPAIS. s. m. & nom d’homme. Aspasius. La mémoire de S. Aspais est marquée dans un très-ancien Martyrologe de l’église collégiale de Notre Dame de Melun. La principale paroisse de cette ville s’appelle S. Aspais. Ce mot s’est formé par corruption du latin Aspasius, qui signifie, gracieux, aimable, & vient d’ἀσπάζομαι, qui veut dire, aimer, embrasser, faire des caresses. Au reste, cette corruption est très-ancienne. On voit, par un titre gardé dans l’Abbaye de S. Pierre de Melun, que la partie de cette ville qui est au septentrion de la Seine, & à laquelle cette paroisse donne son nom, s’appeloit le Bourg S. Aspais, dès le temps de Hugues Capet. Lisez les Notes de M. Chastelain, 1er de Janvier.

ASPALATHE, ou ASPALATH. s. m. Terme de Pharmacie. C’est le bois d’un petit arbre épineux, pesant & massif, oléagineux, un peu acre & amer au goût, de couleur purpurine & marquetée, assez odorant. Il approche des qualités, du goût, de l’odeur, de la pesanteur & de la figure du bois d’aloès. On les substitue l’un à l’autre, quand on en a besoin dans les médicamens. Les Parfumeurs en usent pour donner du corps à leurs parfums. Quelques Botanistes décrivent quatre sortes d’Aspalathe. Le premier est de couleur de buis, dur, solide, pelant, & de l’odeur des roses, d’où vient qu’on l’appelle aussi bois de rose. Le second est rouge de la même couleur que l’if, & d’une odeur très-agréable. Le troisième est dur, tortu, noueux, de couleur brune au milieu, & ailleurs cendrée. Il a une odeur forte, semblable à celle d’un bouc, & un goût désagréable. Le quatrième a son écorce cendrée, & le bois est de couleur de pourpre. Il a une odeur forte, qui frappe l’odorat aussi vite & aussi fortement que fait le castor. Il jette des branches en forme de sarmens, & il est un peu épineux. Voyez Bois d’Aloès.

Il y a d’autres plantes a qui on donne ce même nom, & qui sont des espèces d’une plante, qu’on appelle genista spartium.

ASPARAGE. s. f. Vieux mot. Asperge. Il vient du latin asparagus. On a dit aussi aspérague.

ASPASIE. s. f. C’est le nom d’un médicament astringent dont on se sert dans les maladies des parties naturelles des femmes, Asposia. Il ne consiste qu’à prendre de la laine trempée dans une infusion de noix de galle verte, & à l’appliquer sur la partie. Castelli cité par James.

ASPE. Nom de lieu. La ville d’Aspe, Aspe vicio, est une ville du royaume de Valence, en Espagne. Aspis. Elle est sur la rivière d’Elerda, à l’orient d’Origuella. Le bourg d’Aspe au même royaume, s’est formé des ruines de l’ancienne ville d’Aspe, qui étoit à deux lieues de-là, de l’autre côté de l’Elerda.

La vallée d’Aspe, est une vallée de France, dans le Béarn. Vallis Aspensis. Elle est à l’occident de la val-