Page:Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 4.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
[APERÇU]
[CONSTRUCTION]
— 5 —

posaient pas des moyens puissants employés par les romains : ils ne pouvaient ni transporter, ni surtout élever a une certaine hauteur les blocs de pierre d’un fort volume. Ils se contentèrent donc de l’apparence, c’est-à-dire qu’ils dressèrent des parements formés de placages de pierre posés en délit le plus souvent et d’une faible épaisseur, évitant avec soin les évidements et remplissant les vides laissés entre ces parements par des blocages noyés dans le mortier.





Ils allèrent quelquefois jusqu’à vouloir imiter la construction romaine d’appareil, en posant ces placages de pierre à joints vifs sans mortier. Il n’est pas besoin de dire combien cette construction est vicieuse, d’autant que leurs mortiers étaient médiocres, leur chaux mal cuite ou mal éteinte, leur sable terreux et les blocages extrêmement irréguliers. Quelquefois aussi ils prirent un moyen terme, c’est-à-dire qu’ils élevèrent des parements en petites pierres de taille réunies par des lits épais de mortier.

Ces essais, ces tâtonnements ne constituaient pas un art. Si, dans les détails de la construction, les architectes faisaient preuve d’un très médiocre savoir, s’ils ne pouvaient qu’imiter fort mal les procédés des Romains, à plus forte raison, dans l’ensemble de leurs bâtisses, se trouvaient-ils sans cesse acculés à des difficultés qu’ils étaient hors d’état de résoudre : manquant de savoir, ne possédant que des traditions presque effacées, n’ayant ni ouvriers habiles, ni engins puissants, marchant à tâtons, ils durent faire et ils firent en effet des efforts inouïs pour élever des édifices d’une petite dimension, pour les rendre solides et surtout pour les voûter. C’est là qu’on reconnaît toujours dans les monuments carlovingiens, l’insuffisance des constructeurs, qu’on peut constater leur embarras, leurs incertitudes, et souvent même ce découragement, produit de l’impuissance. De cette ignorance même des procédés antiques, et surtout des efforts constants des constructeurs du ixe au xie siècle, il sortit un art de bâtir nouveau : résultat d’expériences malheureuses d’abord, mais qui, répétées avec persévérance et une suite non interrompue de perfectionnements, tracèrent une voie