Page:Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 4.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


{PRINCIPES] - 19 - [CONSTRUCTION]

d’aréte romaine, construite par travées, n’avait. point. d’arrs-doubleauX 2 elle portait. sur des piles ou des colonnes saillantes, ainsi que le représente la figure 7, c’est-à-dire (voyez la projection horizontale A d’une de ces voûtes) que les diagonales BC, DE, produites par la pénétration de deux demi-cylindres (le diamètres égaux et formant arêtes saillantes, portaient sur les angles saillants des piles. Mais les arf-liiteetes romans

ayant. d’abord renforcé les grandes voûtes en berceau par des arcs doubleaux, ainsi que le fait voir notre figure 3, et venant à remplacer ces voûtes demi-cylindriques par des voûtes ¢l’aréte barlongues, conservèrent. les ares-doubleanx ; ils ne pouvaient faire autrement, puisque les diagonales de ces voûtes étaient, des clenii-cercles, et que leur somrnet s’élevait. au-dessus (lu sommet (les ares «îlont le diamètre était donné par Fécartelnent des piles.

Afin de nous faire comprendre, soit (tig, 8) la coupe longitudinale d’une voûte d’arêt.e romaine composée de travées ; la ligne AB est horizontale : o’est la coupe (lu demi-cylindre longitudinal. Soit (tig. 8 bis) la coupe longitudinale d’une voûte d’arete romane sur plan barlong ; la ligne AB est. une suite de courbes, ou tout au moins de lignes brisées réunissant les points G, D, sommets des arcs transversaux, avec les