Page:Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 4.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


[VOÛTES] - 81 - [CONSTRUCTION] une architecture de notre temps, une architecture neuve : c’est fort. bien vouloir. Mais il faut savoir comment. on t.rouve une architecture neuve. Ce n’est pas apparemment en interdisant l’étude de l’art le plus fertile en ressources de tout genre, le plus souple et le plus libre dans l’emploi des moyens matériels.

Cependant il se présentait une difficulté assez sérieuse et toute nouvelle, lorsqu’il s’agissait des voûtes des collatéraux doubles entourant des sanctuaires d’une grande étendue. Les exemples que nous venons 5

4 4M

/


/// // `

l

ä ..—f"’ i

I

I

de donner appartiennent tous à des édifices de médiocre dimension, et. nous voyons qu’à Saint.-Remi de Reims et. dans li église Notre-Dame «le Châlons, par exemple, la prédiction extérieure comporte un plus grand nombre de points d’appui que celle intérieure, afin d’éviter les ouvertures d’arcs démesurées. Dans un chœur comme celui de la cathédrale de Paris, entouré de doubles collatéraux, il fallait nécessairement disposer les piles de façon à trouver des ouvertures d’arcs-doubleaux à peu près égales pour obtenir des voûtes dont les clefs atteignissent toutes le même niveau. Les deux précipitions extérieures devaient alors comprendre un plus grand nomlî›re de piles’que celles du sanctuaire. À la cathédrale de Paris, en ettet., nous vo *ons fi. 44 ne la, artie circulaire 3 8 fl P

lv. — il