Page:Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe, Tome I - Julien Remy Pesche.djvu/564

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

AUVERS, Ruisseau, ainsi nommé par M. Cauvin, Anal. des trav. de la Soc. des Arts, 1re part. p. 61 ; et que Cassini appelle loyer. Voir ce mot.

AUVERS-LE-HAMON, ANVERS ; Alverso-Hamonis, Averso, et mieux Alvernum, Allevatio, par syncope, qui signifient élévation, le terrain de cette commune étant extrêmement montueux. Quant au surnom de Hamon, il vient, suivant la tradition de Hamon d’Avoise, un des fondateurs du prieuré d’Auvers ; mais, suivant sa véritable étymologie, il doit signifier hameau. Ainsi, Auvers-le-Hamon, veut dire hameau sur une hauteur, ce qui est exact.

Commune du canton et à 7 kilom. N. de Sablé ; de l’arrondissement et à 32 k. N. O. de la Flèche ; à 42 k. O. S. G. du Mans. Autrefois du doyenné de Brûlon, de l’archidiac. de Sablé, et du diocèse du Mans ; de l’élection de la Flèche et de la province d’Anjou. Distances légales, 8, 37 et 51 kilom.

descript. Bornée au N. par Epineu-le-Seguin (Mayenne) ; au N. E. et à l’O. par Poillé ; au S. E. par Juigné ; au S. par Gastine ; au S. O., à l’O. et au N. O. par Boissay, S.-Loup et Ballée (Mayenne). La forme de cette commune est celle d’une élipse, qui s’étend du N. E. au S. O. ; son plus grand diamètre dans ce sens est de 8 k., et celui du N. O. au S. E., de 6 kilom.

Le bourg, construit sur le penchant E. d’un coteau qui borde la rive droite du ruisseau le Treulon, se trouve situé vers le milieu de la commune. Il se compose d’une assez jolie place entourant l’église au N., à l’O. et au S., plantée d’ormeaux disposés en quinconce, sur l’emplacement de l’ancien cimetière ; et de deux rues partant des angles de cette place, et se prolongeant à l’O. On y voit plusieurs maisons qui paraissent d’une grande ancienneté.

L’église, dont toutes les ouvertures, les arcades et les voûtes, extérieures et intérieures, présentent le mélange du plein-cintre et de l’ogive, semble offrir un caractère particulier, appartenant au style de transition ; l’inscription de l’ogive dans le plein-cintre est un genre de construction qui paraît se rapprocher de l’époque de la fondation du prieuré, que nous indiquerons plus bas. Clocher en flèche assez raccourcie, placée sur une grosse tour carrée, sans entablement.

Le cimetière actuel est situé à l’extrémité O. du bourg, entouré de haies, ayant deux chapelles, dans l’une desquelles l’on officie lors des processions des Rogations.

populat. Jadis de 344 feux, aujourd’hui de 530, elle se compose de 1,048 indiv. mâl., et de 1,081 fem. ; lot, 2,129., dont 710 dans le bourg.