Page:Diderot - Œuvres complètes, éd. Assézat, IV.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


n’être pas mieux instruite de celles de sa cour ; qu’elle aurait essayé cet expédient, en attendant qu’elle imaginât mieux. « Je le crois bon, dit Mangogul ; mais qui sait les histoires de toutes ces folles ? et quand on les saurait, qui me les réciterait comme vous ?

— Sachons-les toujours, reprit Mirzoza. Qui que ce soit qui vous les raconte, je suis sûre que Votre Hautesse gagnera plus par le fond qu’elle ne perdra par la forme.

— J’imaginerai avec vous, si vous voulez, les aventures des femmes de ma cour, fort plaisantes, dit Mangogul ; mais le fussent-elles cent fois davantage, qu’importe, s’il est impossible de les apprendre ?

— Il pourrait y avoir de la difficulté, répondit Mirzoza : mais je pense que c’est tout. Le génie Cucufa, votre parent et votre ami, a fait des choses plus fortes. Que ne le consultez-vous ?

— Ah ! joie de mon cœur, s’écria le sultan, vous êtes admirable ! Je ne doute point que le génie n’emploie tout son pouvoir en ma faveur. Je vais de ce pas m’enfermer dans mon cabinet, et l’évoquer. » Alors Mangogul se leva, baisa la favorite sur l’œil gauche, selon la coutume du Congo, et partit.



CHAPITRE IV


évocation du génie.


Le génie Cucufa est un vieil hypocondriaque, qui, craignant que les embarras du monde et le commerce des autres génies ne fissent obstacle à son salut, s’est réfugié dans le vide, pour s’occuper tout à son aise des perfections infinies de la grande Pagode, se pincer, s’égratigner, se faire des niches, s’ennuyer, enrager et crever de faim. Là, il est couché sur une natte, le corps cousu dans un sac, les flancs serrés d’une corde, les bras croisés sur la poitrine, et la tête enfoncée dans un capuchon, qui ne laisse sortir que l’extrémité de sa barbe. Il dort ; mais on croirait qu’il contemple. Il n’a pour toute compagnie qu’un hibou qui sommeille à ses pieds, quelques rats qui rongent sa natte, et des chauves-souris qui voltigent autour de sa tête :