Page:Diderot - Œuvres complètes, éd. Assézat, IV.djvu/306

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Là on avait sculpté un soudan furieux qui enfonçait un poignard dans le sein d’une jeune personne, à la vue d’un peuple nombreux. Les uns détournaient les yeux, et les autres fondaient en larmes. On avait gravé ces mots autour de ce bas-relief :

Est-ce vous, Nérestan[1] ? ........

« J’allais passer à d’autres bustes, lorsqu’un bruit soudain me fit tourner la tête. Il était occasionné par une troupe d’hommes vêtus de longues robes noires, qui se précipitaient en foule dans la galerie. Les uns portaient des encensoirs d’où s’exhalait une vapeur grossière, les autres des guirlandes d’œillet d’Inde et d’autres fleurs cueillies sans choix, et arrangées sans goût. Ils s’attroupèrent autour des bustes et les encensèrent en chantant des hymnes en deux langues qui me sont inconnues. La fumée de leur encens s’attachait aux bustes, à qui leurs couronnes donnaient un air tout à fait ridicule. Mais les antiques reprirent bientôt leur état, et je vis les couronnes se faner et tomber à terre, séchées. Il s’éleva entre ces espèces de barbares une querelle[2] sur ce que quelques-uns n’avaient pas, au gré des autres, fléchi le genou assez bas ; et ils étaient sur le point d’en venir aux mains, lorsque ma conductrice les dispersa d’un regard et rétablit le calme dans sa demeure.

« Ils étaient à peine éclipsés, que je vis entrer par une porte opposée une longue file de pygmées. Ces petits hommes n’avaient pas deux coudées de hauteur, mais en récompense ils portaient des dents fort aiguës et des ongles fort longs. Ils se séparèrent eu plusieurs bandes, et s’emparèrent des bustes. Les uns tâchaient d’égratigner les bas-reliefs, et le parquet était jonché des débris de leurs ongles ; d’autres plus insolents s’élevaient les uns sur les épaules des autres, à la hauteur des têtes, et leur donnaient des croquignoles[3]. Mais ce qui me réjouit beaucoup, ce fut d’apercevoir que ces croquignoles, loin d’atteindre le nez du buste, revenaient sur celui du pygmée. Aussi, en les considérant de fort près, les trouvai-je presque tous camus.

  1. Vers de Zaïre, acte V, scène ix.
  2. Querelle des anciens et des modernes.
  3. Les critiques.