Page:Diderot - Œuvres complètes, éd. Assézat, IV.djvu/307

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« Vous voyez, me dit ma conductrice, quelle est l’audace et le châtiment de ces mirmidons. Il y a longtemps que cette guerre dure, et toujours à leur désavantage. J’en use moins sévèrement avec eux qu’avec les robes noires. L’encens de ceux-ci pourrait défigurer les bustes ; les efforts des autres finissent presque toujours par en augmenter l’éclat. Mais comme vous n’avez plus qu’une heure ou deux à demeurer ici, je vous conseille de passer à de nouveaux objets. »

« Un grand rideau s’ouvrit à l’instant, et je vis un atelier occupé par une autre sorte de pygmées : ceux-ci n’avaient ni dents ni ongles, mais en revanche ils étaient armés de rasoirs et de ciseaux. Ils tenaient entre leurs mains des têtes qui paraissaient animées, et s’occupaient à couper à l’une les cheveux, à arracher à l’autre le nez et les oreilles, à crever l’œil droit à celle-ci, l’œil gauche à celle-là, et à les disséquer presque toutes. Après cette belle opération, ils se mettaient à les considérer et à leur sourire, comme s’ils les eussent trouvées les plus jolies au monde. Les pauvres têtes avaient beau jeter les hauts cris, ils ne daignaient presque pas leur répondre. J’en entendis une qui redemandait son nez, et qui représentait qu’il ne lui était pas possible de se montrer sans cette pièce.

« Eh ! tête ma mie, lui répondit le pygmée, vous êtes folle. Ce nez, qui fait votre regret, vous défigurait. Il était long, long… Vous n’auriez jamais fait fortune avec cela. Mais depuis qu’on vous l’a raccourci, taillé, vous êtes charmante ; et l’on vous courra…[1] »

« Le sort de ces têtes m’attendrissait, lorsque j’aperçus plus loin d’autres pygmées plus charitables qui se traînaient à terre avec des lunettes. Ils ramassaient des nez et des oreilles, et les rajustaient à quelques vieilles têtes à qui le temps les avait enlevés[2].

« Il y en avait entre eux, mais en petit nombre, qui y réussissaient ; les autres mettaient le nez à la place de l’oreille, ou l’oreille à la place du nez, et les têtes n’en étaient que plus défigurées.

« J’étais fort empressée de savoir ce que toutes ces choses signifiaient ; je le demandai à ma conductrice, et elle avait la

  1. Les abréviateurs, compilateurs de morceaux choisis, censeurs.
  2. Les commentateurs, scoliastes, etc.