Page:Diderot - Œuvres complètes, éd. Assézat, XIX.djvu/247

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


homme tout court, au moins pour quelques mois. Je ne sais plus ce que cela deviendra. — Ni moi non plus. — Mais comme il est constant que Nature ne fera pas en votre faveur une exception à la loi générale, que vous favorisiez ou non le penchant de M. Digeon, on s’en apercevra, et voilà votre fils privé du meilleur instituteur qu’il pût avoir, votre porte fermée à M. Digeon, et peut-être l’enfant confiné dans un collège. Arrangez-vous là-dessus. »

Mardi au soir, en rentrant chez moi, j’ai appris, par un billet, que le Baron était à Paris, et par un autre billet de Grimm, qu’il était revenu de la Briche avec un certain baron de Studuitz, qui ne voulait pas s’en retourner à Gotha sans pouvoir dire à sa princesse qu’il m’a vu, tenu, embrassé pour elle, et qu’il ne fallait pas manquer à un pique-nique qu’on avait arrangé pour le lendemain mercredi chez le suisse des Feuillants. Ce billet de Grimm était assaisonné de quelques mots d’humeur qui me blessèrent ; que j’allais partout excepté à la Briche ; que Mme d’Épinay y avait été seule, et m’avait inutilement espéré ; qu’elle n’était récompensée des attentions qu’elle avait pour mon goût et même mes fantaisies que par une exclusion qui l’offensait. Imaginez que je n’ai été au Grandval que pour servir le Baron ; à Monceaux que pour la commodité de revenir tous les matins au Salon, et que je ne reste à Paris que pour ce maudit Salon et que pour lui. Le Baron, qui aurait été content de faire ses affaires à Paris, et de me ramener jeudi au Grandval, trompé dans ses espérances, me fait, d’un autre côté, une sortie abominable. L’impatience me prend ; et, rendu éloquent par l’injustice de tous ces gens-là, je fais une sortie abominable contre l’amitié ; je la peins comme la plus insupportable des tyrannies, comme le supplice de la vie, et je finis par ces mots : « Mes amis, vous que j’appelle mes amis pour la dernière fois, je vous déclare que je n’ai plus d’amis, que je n’en veux point, et que je veux vivre seul, puisque je suis assez malheureusement né pour ne pouvoir faire le bonheur de personne, en m’abandonnant sans réserve à ceux qui me sont chers. » À l’instant, mon âme se serra, je versai un torrent de larmes ; et le marquis, qui était à côté de moi, me prit entre ses bras, m’entraîna dans une autre allée des Tuileries où cette scène se passait. En attendant le dîner, il me dit les choses les