Page:Diderot - Œuvres complètes, éd. Assézat, XIX.djvu/249

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ajouta : « Ma fille, levez-vous ; vous m’avez ôté mon fils ; j’espère que, dans neuf mois, vous m’en rendrez un autre que vous élèverez si bien qu’il n’osera jamais faire même un bon choix sans votre consentement » ; et puis il l’embrassa ; mais il ne voulut pas recevoir son fils. Pour l’en rapprocher, on employa la médiation de M. de Saint-Florentin. Au premier mot de M. de Saint-Florentin, le bon Parceval lui dit : « Ah ! Monseigneur, combien vous m’auriez épargné de peine si vous eussiez bien voulu y penser plus tôt ! »

Toute ma journée du jeudi fut employée à ma négociation de Sainte-Périne[1] qui est moins avancée que jamais ; et la nuit du jeudi au vendredi, avec une grande partie du vendredi, à mettre à l’encre, chez moi, les observations que j’avais faites au crayon au Salon. Je dînai en famille. Je fis jouer du clavecin à l’enfant. Je reçus la visite de Mme Geoffrin, qui me traita comme une bête, et qui conseilla à ma femme d’en faire autant. La première fois, elle vint pour gâter ma fille ; cette fois, elle serait venue pour gâter ma femme et lui apprendre à dire des gros mots et à mépriser son mari.

Je ne sais ce que je devins le reste de la journée. J’allai passer quelques instants avec Mme Le Gendre, qui m’apprit que Mme de Blacy était de retour, et qu’elle se servirait des chevaux du prince pour Sceaux, ou pour quelque autre partie de campagne qu’elle avait arrangée avec M. Digeon. Je souris ; elle fit tout son possible pour que je laissasse le dîner de Monceaux, et m’entraîner avec elle. Sur mon refus absolu, elle se détermina à engager Mme de Blacy, et puis il lui vint en esprit que peut-être on imaginerait qu’elle redoute un long tête-à-tête ; et puis elle ne sut plus ce qu’elle ferait. Le lendemain samedi, elle m’écrivit, à propos d’une petite commission qu’elle avait à me donner, qu’elle avait proposé la partie à Mme de Blacy, et celle-ci l’avait acceptée. La voilà donc, elle et M. Digeon, ses enfants et Mme de Blacy, sur le chemin de Sceaux, et moi sur le chemin de Monceaux, d’où je vous écris, ce matin dimanche, que je retourne à Paris pour dîner avec elle, et de bonne heure, après dîner, pour m’en retourner chez moi et faire mon sac de nuit pour le Grandval où je serai conduit par

  1. Voir précédemment p. 232.