Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 14.djvu/483

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


taureau d’airain, qui étoit un chef-d’œuvre de l’art.

A mesure que chacun présentoit son offrande, il alloit se laver les mains en un lieu exprès du temple, pour se préparer plus dignement au sacrifice, & pour remercier les dieux d’avoir bien voulu recevoir leurs victimes. L’offrande étant faite, le prêtre officiant encensoit les victimes, & les arrosoit d’eau lustrale ; ensuite remontant à l’autel, il prioit à haute voix le dieu d’avoir agréables les victimes qu’il lui alloit immoler pour les nécessités publiques, & pour telles ou telles raisons particulieres ; & après cela le prêtre descendoit au bas des marches de l’autel, & recevoit de la main d’un des ministres, la pâte sacrée appellée mola salsa, qui étoit de farine d’orge ou de froment, pâitrie avec le sel & l’eau, qu’il jettoit sur la tête de la victime, répandant par-dessus un peu de vin ; cette action se nommoit immolatio, quasi molæ illatio, comme un épanchement de cette pâte, mola salsa, dit Festus, vocatur sar totum, & sale sparsum, quo deo molito hostiæ aspergantur.

Virgile a exprimé cette cérémonie en plusieurs endroits de son poëme ; par exemple,

Jamque dies infanda aderat mihi sacra parari,
Et salsæ fruges, & circùm tempora vellæ.

Éneïd. l. II.

Le prêtre ayant répandu des miettes de cette pâte salée sur la tête de la victime, ce qui en constituoit la premiere consécration, il prenoit du vin avec le simpule, qui étoit une maniere de burette, & en ayant gouté le premier, & fait gouter aux assistans, il le versoit entre les cornes de la victime, & prononçant ces paroles de consécration, mactus hoc vino inferio esto, c’est-à-dire que cette victime soit honorée par ce vin, pour être plus agréable aux dieux. Cela fait il arrachoit des poils d’entre les cornes de la victime, & les jettoit dans le feu allumé.

Et summa scarpens media inter cornua setas,
Ignibus imponit sacris.

Il commandoit ensuite au victimaire de frapper la victime, & celui-ci l’assommoit d’un grand coup de maillet ou de hache sur la tête : aussi-tôt un autre ministre nommé popa, lui plongeoit un couteau dans la gorge, pendant qu’un troisieme recevoit le sang de l’animal, qui sortoit à gros bouillons, dont le prêtre arrosoit l’autel.

Supponunt alii cultros, tepidumque crucrem
Suscipiunt pateris.

Virgile.

La victime ayant été égorgée, on l’écorchoit, excepté dans les holocaustes, où on brûloit la peau avec l’animal ; on en détachoit la tête, qu’on ornoit de guirlandes & de festons, & on l’attachoit aux piliers des temples, aussi-bien que les peaux, comme des enseignes de la religion, qu’on portoit en procession dans quelque calamité publique, c’est ce que nous apprend ce passage de Cicéron contre Pison. Et quid recordaris cùm omni totius provinciæ pecore cumpulso, pellicum nomine omnem quæstum illum domesticum paternumque renovasti ? Et encore par cet autre de Festus, pellem habere Hercules fingitur, ut homines cultus antiqui admoneantur ; lugentes quoque diebus luctûs in pellibus sunt.

Ce n’est pas que les prêtres ne se couvrissent souvent des peaux des victimes, ou que d’autres n’allassent dormir dessus dans le temple d’Esculape, & dans celui de Faunus, pour avoir des réponses favorables en songe, ou être soulagés dans leurs maladies, comme Virgile nous en assure par ces beaux vers.



Huc dona sacerdos
Cum tulit & Cæsarum ovium sub nocte silenti
Pellibus incubuit stratis, somnosque petivit ;
Multa modis simulachra videt volitantia miris,
Et varias audit voces, fruiturque deorum
Colloquio, atque imis acheronta affatur avernis.
Hic & tum pater ipse petens responsa Latinus,
Centum lanigeras mactabat ritè bidentes,
Atque harum essultus tergo, stratique jacebat
Velleribus.

Éneïde, l. VII. v. 86.

Lorsque le prêtre a conduit les victimes à la fontaine, & qu’il les y a immolées, il en étend pendant la nuit les peaux sur la terre, se couche dessus & s’y endort. Alors il voit mille fantômes voltiger autour de lui ; il entend différentes voix ; il s’entretient avec les dieux de l’olympe, avec les divinités même des enfers. Le roi pour s’éclaircir sur le sort de la princesse, sacrifia donc dans cette forêt cent brebis au dieu Faune, & se coucha ensuite sur leurs toisons étendues.

Cappadox, marchand d’esclaves, se plaint dans la comédie de Plaute intitulée Curculio, qu’ayant couché dans le temple d’Esculape, il avoit vu en songe ce dieu s’éloigner de lui ; ce qui le fait résoudre d’en sortir, ne pouvant espérer de guérison.


Migrare certum est jam nunc è fano foras.
Quandò Æsculapi ita sentio sententiam :
Ut qui me nihili faciat, nec salvum velit.

On ouvroit les entrailles de la victime ; & après les avoir considérées attentivement pour en tirer des présages, selon la science des aruspices, on les saupoudroit de farine, on les arrosoit de vin, & on les présentoit aux dieux dans des bassins, après quoi on les jettoit dans le feu par morceaux, reddebant exta diis : de-là vient que les entrailles étoient nommées porriciæ, quod in aræ soco ponebantur, diisque porrigebantur : de-sorte que cette ancienne maniere de parler, porricias inferre, veut dire, présenter les entrailles en sacrifice.

Souvent on les arrosoit d’huile, comme nous lisons, liv. VI. de l’Éneïde.

Et solida imponit taurorum viscera flammis,
Fingue super oleum fundens ardentibus extis.

Quelquefois on les arrosoit de lait & du sang de la victime, particulierement dans les sacrifices des morts, ce que nous apprenons de Stace, l. VI. de la Thébaïde.

Spumantisque mero pateræ verguntur & atri
Sanguinis, & rapti gratissima cymbia lactis.

Les entrailles étant consumées, toutes les autres cérémonies accomplies, ils croyoient que les dieux éxoient satisfaits, & qu’ils ne pouvoient manquer de voir l’accomplissement de leurs vœux ; ce qu’ils exprimoient par ce verbe, litare, c’est-à-dire tout est bien fait ; & non litare au contraire, vouloit dire qu’il manquoit quelque chose à l’intégrité du sacrifice, & que les dieux n’étoient point appaisés. Suétone parlant de Jules-César, dit qu’il ne put jamais sacrifier une hostie favorable le jour qu’il fut tué dans le sénat. Cæsar victimis cæsis litare non potuit.

Le prêtre renvoyoit le monde par ces paroles, I licet dont on se servoit pareillement à la fin des pompes funebres & des comédies, pour congédier le peuple, comme on le peut voir dans Térence & dans Plaute. Les Grecs se servoient de cette expression pour le même sujet, λαοῖς ἄφιστις, & le peuple répondoit feliciter. Enfin on dressoit aux dieux le banquet ou le festin sacré, epulum ; on mettoit leurs statues sur un lit, & on leur servoit les viandes des victimes offertes ; c’étoit là la fonction des ministres des sacrifices, que les Latins nommoient epulones.

Il résulte du détail qu’on vient de lire, que les sacrifices avoient quatre parties principales ; la pre-