Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 16.djvu/52

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la ville fut ainsi nommée de la nymphe Telphussa, fille du fleuve Ladon ; cette ville est connue de Polybe, l. IV. n°. 77. de Pausanias, l. VIII. & de Pline, l. IV. c. vj. Quoiqu’ils en écrivent le nom différemment, c’est la même ville que la notice de Hiéroclès met sous la métropole de Corinthe, & qu’elle nomme Tharpussa ; & c’est encore la même dont parlent plusieurs médailles où on lit cette inscription, ΘΕΛΠΟΥϹΙΩΝ. (D. J.)

TELSCHEN, (Géog. mod.) petite ville d’Allemagne, dans la Bohème, sur l’Elbe, à quatre milles au-dessus de Pirna : c’est une clé du passage sur l’Elbe. (D. J.)

TELTSCH, (Géog. mod.) petite ville d’Allemagne, dans la Moravie, sur les confins de la Bohème, près des sources de la riviere de Teya. Longit. 33. 38. latit. 49.

ΘΕΜΑ (Géogr. anc.) ce mot veut dire pays, district, province. Il faut savoir que depuis le regne d’Héraclius, l’empire d’Orient fut divisé pour l’ordre civil en pays ou districts, θέματα, ainsi nommés de la position, ἀ τὸ τῆς δέσεως, ou cantonnemens de corps militaires commandés par un stratège ou officier général, pour veiller à la sureté & à la défense des provinces. La Lydie, par exemple, faisoit partie du thêma ou district des Thracésiens, qui comprenoit aussi une partie de la Carie & de la Phrygie : cette division a subsisté jusqu’à la grande invasion des Turcs, au commencement du xiv. siecle. (D. J.)

TEMAN, s. m. (Commerce.) mesure de continence pour les liquides, dont on se sert à Mocha, ville de l’Arabie heureuse ; 40 memudas font le teman, chaque memudas contient trois chopines de France, ou trois pintes d’Angleterre. Dictionnaire de Commerce.

TÉMAPARA, s. m. (Hist. nat. Zoologie.) c’est le même lézard nommé par Marggrave & Ray, tejuguacu. Voyez-en l’article.

TEMATHÉA, (Géog. anc.) montagne du Péloponnèse, dans la Messénie. Pausanias, l. IV. c. xxxiv. dit que la ville Corone est au pié de cette montagne. (D. J.)

TEMARETE, (Géog. mod.) ville de l’île de Socotora, à l’entrée de la mer Rouge. Elle est sur la côte septentrionale de l’île : ses maisons sont bâties en terrasse. (D. J.)

TEMBASA, (Géog. anc.) ville de Lycaonie, que Pline, l. V. c. xxvij. donne pour une ville célebre. Paul Diacre écrit Thebasa, & le P. Hardouin assure que c’est-là la véritable orthographe. (D. J.)

TEMBROGIUS, (Géog. anc.) fleuve de Phrygie, selon Pline, l. VI. c. j. Tite-Live, l. XXXVIII. c. xviij. le nomme Thymbres ou Thymber ; & ce fleuve se jettoit dans le Sangarius. Ortélius confond mal-à-propos ce fleuve avec le Tymbrios de Strabon. Ce dernier couloit dans la Troade, & se perdoit dans le Scamandre.

TEMECEN, (Géogr. mod.) province d’Afrique, dans le royaume de Fez, au nord du grand Atlas. Elle a 30 lieues de long sur 20 de large. C’est un des plus beaux pays de la Barbarie, par sa fertilité en blés & en pâturages, mais il n’y a ni villes, ni bourgs. Les peuples qui l’habitent errent sous leurs tentes comme les Arabes, & sont cependant une nation africaine.

TEMEN ou TEMEN-DE-FUST, (Géog. mod.) ville d’Afrique, au royaume d’Alger, à quelques lieues de la ville d’Alger, proche la Méditerranée, à l’orient du fleuve Hued-Icer, que les Latins appelloient Serbetes. Cette ville est, à ce que croit Simler, la Rustonium de Ptolomée, l. IV. c. ij. ville de la Mauritanie césariense. Voyez Rustonium, Géogr. anc. (D. J.)

TEMENI-PORTA, (Géog. anc.) ville de l’Asie


mineure, dans la Lydie. Pausanias, l. I. c. xxxv. qui dit que cette ville n’étoit pas grande, ajoute qu’un tombeau y ayant été ruiné par l’injure du tems, laissa voir des os qu’on n’auroit pas pris aisément pour ceux d’un homme, s’ils n’en eussent eu la figure. Ils étoient d’une grandeur demesurée, & aussi-tôt le peuple s’imagina que c’étoit le tombeau de Gérion, fils de Chrysaor, & que c’étoit son trone qui étoit taillé dans la montagne. Il passoit auprès de cette petite ville, un torrent appellé Oceanus.

TEMENITIS, (Géog. anc.) fontaine de la Sicile, selon Pline, l. III. c. viij. Vincent Mirabella prétend que cette fontaine subsiste encore aujourd’hui, & qu’on la nomme Fonte di Canali.

TEMENIUM, (Géog. anc.) village fortifié dans le Péloponnèse, aux confins de l’Argie. Pausanias, liv. II. c. xxxviij. dit qu’il avoit pris son nom de Temenus, fils d’Aristomachus, & que le fleuve Phryxus avoit son embouchure près de ce village. On y voyoit un temple dédié à Neptune, un autre dédié à Diane, & le tombeau de Témenus. Pausanias ajoute que le village Temenium pouvoit être à 50 stades de Nauplia. (D. J.)

TÉMÉRITÉ, s. f. (Morale.) hardiesse demesurée & inconsidérée ; mais si la témérité qui nous porte au-delà de nos forces les rend impuissantes, un effroi qui nous empêche d’y compter, les rend inutiles.

TEMESA, (Géog. anc.) ville d’Italie, chez les Brutiens, & la seconde du pays. Du tems de Strabon on la nommoit Tempsa ou Temsa : il dit l. IV. p. 255. qu’elle avoit d’abord été bâtie par les Ausoniens, & ensuite rétablie par les Ætoliens, compagnons de Thoas, que les Brutiens chasserent du pays. Elle devint colonie romaine ; mais aujourd’hui elle est tellement détruite, qu’à peine en reconnoît-on les ruines. (D. J.)

TEMESWAR, comté de, ou TEMISWAR, (Géog. mod.) comté de la basse-Hongrie. Il est borné au nord par la riviere de Marosch, à l’orient par la Walachie, au midi par le Danube, & à l’occident par le comté de Chonad. Sa capitale est Temeswar, qui lui donne son nom.

Temeswar ou Temiswar, (Géog. mod.) ville de la haute Hongrie, dans le comté de même nom, sur la riviere de Temès, à 25 lieues de Belgrade : Soliman II. s’en rendit le maître en 1551, & les Turcs la garderent jusqu’en 1716, que le prince Eugene la reprit ; elle est restée à la maison d’Autriche par le traité de paix de Passarowitz en 1718. Long. 39. 42. latit. 45. 27.

TEMGID, terme de relation, nom d’une priere que les Turcs doivent faire à minuit ; cependant comme cette heure est fort incommode, & que les mosquées ne sont ouvertes que pendant trois lunes de l’année, celles de Redjeb, de Cholban & de Ramazan, où même alors elles ne sont fréquentées que par les dévots, la plûpart des Turcs se dispensent du temgid, & font cette priere le soir ou le matin ; mais quand on ensevelit un musulman, les prêtres qui l’accompagnent, chantent toujours le temgid, parce que cette priere leur est aussi ordonnée pour ce sujet. (D. J.)

TEMIAN, (Géog. mod.) royaume d’Afrique, dans la Nigritie ; il est borné au nord par le Niger, au midi par le royaume de Gabon, au levant par le royaume de Dauma, & au couchant par celui de Bisto. C’est un pays desert.

TEMMELET, (Géog. mod.) petite ville d’Afrique, au royaume de Maroc, sur une montagne escarpée. Ses habitans sont dans la misere, & ne vivent que de farine d’orge, de graisse & de chair de chevre.

TEMMICES, (Géog. anc.) peuples que Strabon, l. IX. p. 401. met dans la Béotie, au nombre de ceux qui habiterent anciennement cette contrée. Lyco-