Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 4.djvu/661

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nistes parfaits, sans lesquels le cou plieroit en-devant, & la tête tomberoit en-arriere.

» Les sterno-mastoïdiens n’agissent pas dans cette attitude comme fléchisseurs, ni comme modérateurs de l’action uniforme des splenius, des complexus, & des vertébraux postérieurs ; c’est le poids & la pente de la tête qui contrebalancent cette action. Cependant le sterno-mastoïdien d’un côté, conjointement avec le splenius voisin, & le sterno-mastoïdien du côté opposé avec l’autre splenius qui lui est voisin, sont réciproquement acteurs & modérateurs latéraux, aidés par les transversaires & les scalenes.

» Ce n’est pas seulement la coopération des muscles qui paroît évidemment par tout ce que je viens de dire de la station, c’est aussi la variété de leur usage, & la fausseté de leur dénomination vulgaire. Les grands jumeaux, le soléaire, & le jambier postérieur, sont ici extenseurs de la jambe & non pas du pié ; les vastes & le crural étendent ici la cuisse & non pas la jambe ; les grêles antérieurs ne servent point ici à étendre les jambes, ni les couturiers à les fléchir ; ils sont tous quatre employés à arrêter le bassin sur les cuisses.

» La progression ou l’action de marcher démontre encore d’une maniere plus palpable tout à la fois la coopération des muscles & la variété de leurs fonctions ; alors on est alternativement appuyé sur une des extrémités inférieures, pendant qu’on tient l’autre extrémité comme suspendue en l’air. Etre appuyé sur une seule extrémité, c’est une espece de station incomplete, dans laquelle la coopération musculaire est à-peu-près semblable à celle qui se rencontre dans la station complete par rapport au pié, à la jambe, à la cuisse ; mais par rapport au bassin il y a une différence considérable.

» Pour se tenir droit debout sur les deux extrémités, il suffit d’empêcher le bassin de tomber en-arriere, & même quelquefois en avant ; mais quand on se tient debout sur une seule extrémité, sans aucun appui étranger, l’autre extrémité étant levée & suspendue, il faut non-seulement arrêter le bassin sur la cuisse de maniere qu’il ne tombe du côté de l’extrémité soûlevée qui l’entraîne, mais encore empêcher l’épine du dos d’y pencher.

» Le bassin est dans ce cas-ci soûtenu contre la pente latérale par une coopération très-forte du moyen & du petit fessier, comme des principaux acteurs, & par celle du grand fessier & du muscle de la bande large, comme des coadjuteurs. L’épine du dos est en même tems arrêtée & soûtenue par le sacro-lombaire, par le grand dorsal, & par le lombaire du même côté.

» Dans la session la tête & le tronc restent comme debout sur le bassin, qui est appuyé sur les deux tubérosités des os ischion, & par conséquent ne peut tomber d’un côté ni d’autre : mais il doit être affermi contre la pente ou la chûte en-arriere & en-avant. C’est à quoi sert la coopération des grêles antérieurs, des couturiers, des demi-membraneux, des demi tendineux, & de la portion longue de l’un & de l’autre biceps. Les iliaques, les psoas ordinaires, & même les psoas extraordinaires, quand ils se trouvent, y peuvent aussi coopérer ».

On peut se convaincre aisément de l’action de tous ces muscles dans l’exercice de la fonction dont il s’agit, par la dureté que l’on y sent en les touchant ; si quelqu’un de ces muscles vient à se rompre ou à être coupé, le tendon d’Achille par exemple ou celui de la rotule, on ne pourra plus se tenir debout.

Les hommes ne peuvent pas rester droits sur un seul talon la pointe du pié étant élévée, ou sur cette même pointe du pié seule ; ils se soûtiennent difficile-


ment sur une seule plante du pié, & ils se tiennent très-aisément sur les deux piés : ces trois propositions sont prouvées de la maniere qui suit.

1°. Si quelqu’un ayant le pié fléchi & la plante du pié élevée, ne porte sur le pavé que par le talon, comme cette partie est arrondie, il s’ensuit qu’elle ne peut toucher le sol presque que par un point, que tout le poids du corps porte sur ce point : mais pour que l’homme puisse se tenir debout dans cette situation, il faut que la ligne de direction du centre de gravité tombe constamment sur ce point, c’est-à-dire qu’elle soit perpendiculaire au même plan horisontal. Cette attitude ne peut pas être conservée ; il est impossible qu’elle subsiste un certain tems, parce que jamais le corps humain ne peut rester en repos, à cause du mouvement continuel de ses parties solides & fluides, des organes de la respiration, & de mille autres causes externes qui l’agitent & l’ébranlent sans relâche. L’homme ne peut donc sans chanceler continuellement, s’appuyer sur la pointe d’un pié, sur un caillou ou sur un pieu.

2°. Si toute la plante du pié porte à terre, il sera encore assez difficile de se tenir debout dans cette attitude appuyé sur un pié. On pourra cependant s’y tenir, parce que l’homme au moyen de la force musculaire peut se tourner, se plier, & se dresser pour ramener le centre de gravité, qui parcourt tout l’espace du terrein occupé par la plante du pié : cette ligne d’inclinaison peut toûjours être renfermée dans cet espace, & sans cesser d’être perpendiculaire au plan de l’horison ; de cette maniere l’homme pourra rester sur un pié.

3°. Enfin si le corps porte sur les deux plantes des piés, il se tient debout très-aisément, parce que le centre de gravité peut être enfermé dans l’espace quadrangulaire occupé par les deux plantes des piés : la ligne de propension peut conserver aisément sa situation perpendiculaire sur le plan horisontal, sans être portée hors de la surface étendue du sol mentionné ; & par conséquent, quoique l’homme chancele, il peut conserver sa situation droite sans faire aucune chûte. L’état chancelant d’un homme debout sur les deux plantes des piés, peut être aisément corrigé par l’action musculaire, en tenant les cuisses perpendiculaires à l’horison, & en contractant très-peu, plus ou moins, les extenseurs & les fléchisseurs des piés.

Mais lorsqu’il arrive que la ligne de direction du centre de gravité tombe hors du sol qu’occupe une des plantes du pié, ou hors du parallélogramme formé par les deux plantes du pié, il n’y a point d’effort musculaire qui puisse garantir l’homme de la chûte, à moins que le poids de son corps ne soit contrebalancé par des secours méchaniques, tels que les suivans.

Si la chûte du corps obliquement penché sur le terrein ne se fait que par un mouvement lent & avec peu d’effort, on peut l’empêcher, si on se hâte de tourner le corps de maniere à ramener la tête & le cou vers le côté opposé au penchant, jusqu’à ce que la ligne de direction du centre de gravité du corps rentre dans l’espace occupé par les piés ; par ce moyen on évite sa chûte : le poids de la tête ou de la poitrine compense aisément dans ce cas celui du reste du corps, dont la quantité qui l’emportoit hors de sa base, n’avoit pas encore beaucoup d’inclinaison.

L’effet est plus sensible encore, lorsqu’on étend le bras ou la jambe vers le côté opposé à celui de la chûte commençante ; car alors le membre allongé fait fonction de levier, dont la longueur compense, dans le bras sur-tout, le défaut de poids, parce qu’elle ramene aisément & promptement la ligne de gravité au lieu d’où elle étoit sortie.