Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 8.djvu/707

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

finitif ; & cette idée abstraite devenant la seule que l’esprit y considere, est en quelque maniere l’idée d’une nature commune à tous les individus auxquels elle peut convenir. Voyez Nom.

Dans les langues modernes de l’Europe, cette espece de nom est employée comme les autres noms abstraits, & sert de la même maniere & aux mêmes fins. 1°. Nous l’employons comme sujet ou grammatical, ou logique. Nous disons, mentir est un crime, de même que le mensonge est un crime, sujet logique ; fermer les yeux aux preuves éclatantes du Christianisme est une extravagance inconcevable, de même que l’aveuglement volontaire sur les preuves, &c. ici fermer n’est qu’un sujet grammatical ; fermer les yeux aux preuves éclatantes du Christianisme, est le sujet logique. 2°. L’infinitif est quelquefois complément objectif d’un verbe relatif : l’honnête homme ne sait pas mentir, comme l’honnête homme ne connoît pas le mensonge. 3°. Il est souvent le complément logique ou grammatical d’une préposition : la honte de mentir, comme la turpitude du mensonge ; sujet à débiter des fables, comme sujet à la fievre ; sans déguiser la vérité, comme sans déguisement, &c.

Quoique la langue grecque ait donné des cas aux autres noms, elle n’a pourtant point assujetti ses infinitifs à ce genre d’inflexion ; mais les rapports à l’ordre analytique que les cas désignent dans les autres noms, sont indiqués pour l’infinitif par les cas de l’article neutre dont il est accompagné, de même que tout autre nom neutre de la même langue ; ainsi les Grecs disent au nominatif & à l’accusatif τὸ εὔχεσθαι (le prier), comme ils diroient ἡ εὐχή, precatio, ou τὴν εὐχήν, precationem (la priere) ; ils disent au génitif τοῦ εὔχεσθαι (du prier), & au datif τῷ εὔχεσθαι (au prier), comme ils diroient τῆς εὐχῆς, precationis (de la priere), & τῇ εὐχῇ, precationi (à la priere). En conséquence l’infinitif grec ainsi décliné est employé comme sujet ou comme régime d’un verbe, ou comme complément d’une préposition ; & les exemples en sont si fréquens dans les bons auteurs, que le manuel des Grammairiens (Traité de la synt. gr. ch. j. regl. 4.) donne cette pratique comme un usage élégant.

La différence qu’il y a donc à cet égard entre la langue grecque & la nôtre, c’est que d’une part l’infinitif est souvent accompagné de l’article, & que de l’autre il n’est que bien rarement employé avec l’article. Cette différence tient à celle des procédés des deux langues en ce qui concerne les noms.

Nous ne faisons usage de l’article que pour déterminer l’étendue de la signification d’un nom appellatif, soit au sens spécifique, soit au sens individuel ; ainsi quand nous disons les hommes sont mortels, le nom appellatif homme est déterminé au sens spécifique ; & quand nous disons le roi est juste, le nom appellatif roi est déterminé au sens individuel. Jamais nous n’employons l’article avant les noms propres, parce que le sens en est de soi-même individuel ; peut-être est-ce par une raison contraire que nous ne l’employons pas avant les infinitifs, précisément parce que le sens en est toûjours spécifique : mentir est un crime, c’est-à-dire, tous ceux qui mentent commettent un crime, ou tout mensonge est un crime.

Les Grecs, au contraire, qui emploient souvent l’article par emphase, même avant les noms propres (Voyez la méth. gr. de P. R. liv. VIII. ch. jv.), sont dans le cas d’en user de même avant les infinitifs. D’ailleurs l’inversion autorisée dans cette langue, à cause des cas qui y sont admis, exige quelquefois que les rapports de l’infinitif à l’ordre analytique y soient caractérisés d’une maniere non équivoque : les cas de l’article attaché à l’infinitif sont alors les seuls signes que l’on puisse employer pour cette désignation. Nous, au contraire, qui suivons

l’ordre analytique, ou qui ne nous en écartons pas de maniere à le perdre de vûe, le secours des inflexions nous est inutile, & l’article au surplus n’y suppléeroit pas, quoi qu’en disent la plûpart des Grammairiens : nous ne marquons l’ordre analytique que par le rang des mots ; & les rapports analytiques, que par les prépositions.

La langue latine qui, en admettant aussi l’inversion, n’avoit pas le secours d’un article déclinable pour marquer les relations de l’infinitif à l’ordre analytique, avoit pris le parti d’assujettir ce verbenom aux mêmes métamorphoses que les autres noms, & de lui donner des cas. Il est prouvé (article Gérondif) que les gérondifs sont de véritables cas de l’infinitif ; & (article Supin) qu’il en est de même des supins : & les anciens Grammairiens désignoient indistinctement ces deux sortes d’inflexions verbales par les noms de gerundia, participalia & supina ; (Priscian. lib. VIII. de modis.) Ce qui prouve que les unes comme les autres tenoient la place de l’infinitif ordinaire, & qu’elles en étoient de véritables cas.

L’infinitif proprement dit se trouve néanmoins dans les auteurs, employé lui-même pour différens cas. Au nominatif : virtus est vitium fugere (Hor.) c’est-à-dire, fugere vitium ou fuga vitii est virtus. Au génitif : tempus est jam hinc abire me, pour meæ hinc abitionis (Cic. Tuscul. I.) A l’accusatif : non tanti emo pœnitere (Plaut.) pour pœnitentiam ; c’est le complément d’emo : introiit videre, (Ter.) pour ad videre, de même que Lucrece dit ad sedare sitim fluvii fontesque vocabant ; c’est donc le complément d’une préposition. A l’ablatif : audito regem in Siciliam tendere (Salust. Jugurth.) où il est évident qu’audito est en rapport & en concordance avec tendere qui tient lieu par conséquent d’un ablatif. On pourroit prouver chacun de ces cas par une infinité d’exemples : Sanctius en a recueilli un grand nombre que l’on peut consulter (Minerv. III. vj.) Je me contenterai d’en ajouter un plus frappant tiré de Cicéron ; (ad Attic. XIII. 28.) Quam turpis est assentatio, cùm vivere ipsum turpe sit nobis ! Il est clair qu’il en est ici de vivere comme d’assentatio ; l’un est sujet dans le premier membre ; l’autre est sujet dans le second ; l’un est féminin, l’autre est neutre ; tous deux sont noms.

II. Une autre conséquence importante de l’indéclinabilité de l’infinitif, c’est qu’il est faux que dans l’ordre analytique il ait un sujet, que l’usage de la langue latine met à l’accusatif. C’est pourtant la doctrine commune des Grammairiens les plus célebres & les plus philosophes ; & M. du Marsais l’a enseignée dans l’Encyclopédie même, d’après la méthode latine de P. R. Voyez Accusatif & Construction. C’est que ces grands hommes n’avoient pas encore pris, de la nature du verbe & de ses modes, des notions saines : & il est aisé de voir (articles Accident, Conjugaison), que M. du Marsais en parloit comme le vulgaire, & qu’il n’avoit pas encore porté sur ces objets le flambeau de la Métaphysique, qui lui avoit fait voir tant d’autres vérités fondamentales ignorées des plus habiles qui l’avoient précédé dans cette carriere.

Puisque dans aucune langue l’infinitif ne reçoit aucune des terminaisons relatives à un sujet ; il semble que ce soit une conséquence qui n’auroit pas dû échapper aux Grammairiens, que l’infinitif ne doit point se rapporter à un sujet. Ce principe se confirme par une nouvelle observation ; c’est que l’infinitif est un véritable nom, qui est du genre neutre en grec & en latin, qui dans toutes les langues est employé comme sujet d’un verbe, ou comme complément, soit d’un verbe, soit d’une préposition, avec lequel enfin l’adjectif se met en concordance