Page:Didon, Influence morale des sports athlétiques, 1897.djvu/7

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

7
Les Sports athlétiques

pays, et j’estime, Mesdames et Messieurs, que j’aurais rendu quelque service, s’il m’était donné de prouver avec une évidence irrésistible pour les plus réfractaires, que cette puissance éducatrice, que cette force morale contenue dans les exercices physiques de plein air est une puissance certaine et douée d’une pénétrante action sur la jeunesse. J’espère y arriver, car je vois que vous êtes très ouverts à la vérité, et par conséquent très disposés à m’aider dans cette démonstration qui est tout à fait digne de l’attention la plus sérieuse. (Applaudissements.)

Les résultats obtenus par la pratique constante et habituelle des exercices de plein air et des sports athlétiques sont nombreux : je vous signalerai les principaux.

Le premier, c’est le développement, la multiplication de l’activité physique. Mais, direz-vous, ce n’est pas là une vertu morale ! Comment, Messieurs, l’activité physique n’est pas une vertu morale ? Convenez du moins qu’elle est la condition de grandes vertus morales ? N’a-t-on pas dit spirituellement et en toute vérité que la propreté et l’hygiène étaient des vertus ? Pourquoi, alors, n’en pourrait-on pas dire autant de l’activité physique ? Quand vous verrez des enfants inertes, paresseux physiquement, soyez certains qu’ils le sont moralement, et quand vous voyez des enfants actifs jusqu’à la turbulence, soyez sûrs qu’il y a en eux des vertus en germe. Eh bien ! cette mise en activité des vertus physiques par les exercices de plein air, voilà le premier résultat obtenu par les sports athlétiques.

Le second, c’est l’esprit de combativité et de lutte.

De même que dans la plupart des enfants, Mesdames, vous observez une paresse native qu’il faut vaincre à tout prix, parce que cette paresse native se répand dans toutes