Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/161

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


participe à la Divinité. Le monde est gouverné avec intelligence & conduit par une Providence, comme si explique Chrysippe dans ses livres des Elemens des Choses célestes, & Posidonius dans ce sentiment que l’entendement est répandu dans toutes les parties du monde, comme il l’est dans notre âme, moins cependant dans les unes & plus dans les autres. Il y en a de certaines où il n’a qu’un usage de faculté, comme dans les os & les nerfs ; il y en a encore dans lesquelles il agit comme entendement, par exemple, dans la partie principale de l’âme. C’est ainsi que le monde universel est un animal doué d’âme & de raison, dont la partie principale est l’éther, comme le dit Antipater Tyrien dans son huitième livre de Monde. Chrysippe, dans son premier livre de la Providence, & Posidonius dans son livre des Dieux, prennent le ciel pour la partie principale du monde : Cléanthe admet le soleil ; mais Chrysippe, d’un avis encore plus différent, prétend que c’est la partie la plus pure de l’éther, qu’on ap^pelle aussi le Premier des Dieux. qui pénètre, pour ainsi dire, comme un sens, dans les choses qui sont l’air, dans les animaux & dans les plantes ; mais qui n’agit dans la terre que comme une faculté.

Il n’y a qu’un monde, terminé, & de forme sphérique ; forme la plus convenable pour le