Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/163

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


qu’elles n’étaient, elles sont corruptibles. Or cela a lieu par rapport au monde, car il est sujet à des excès de sécheresse & d’humidité. voici comment ils expliquent la formation du monde. Après que la substance [1] eût été convertie de feu en eau par le moyen de l’air, la partie la plus grossière se changera en air ; & la plus subtile produisit le feu ; de sorte que leur mélange provinrent ensuite les plantes, les animaux & les autres genres. Ce qui regarde cette production du monde & sa corruption, est traité par Zénon dans son livre de la Physique, par Posidonius dans son premier livre du Monde, par Cléanthe, & par Antipater dans son dixième livre sur le même sujet. Au reste Panetius soutient que le monde est incorruptible. Sur ce que le monde est un animal doué de vie, de raison & d’intelligence, on peut voir Chrysippe dans son premier livre de la Providence, Apollodore dans sa Physique & Posidonius, le monde est un animal au sens de substance, douée d’une âme sensible ; car ce qui est un animal est meilleur que ce qui ne l’est point : or il n’y a rien de plus excellent que le monde ; donc, le monde est un animal. Qu’il est doué d’une âme, c’est ce qui

  1. La matière. Voyez ci-dessus.