Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/174

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


renferme de plus excellent. C’est-là que se forment les images que l’âme conçoit, que naissent les penchants, les désirs, & tout ce qu’on exprime par la parole. On place cette partie de l’âme dans le cœur.

Ceci, je crois, peut suffire pour ce qui regarde les sentiments des stoïciens sur la physique, autant qu’ils concernent l’ordre de cet ouvrage Voyons encore quelques différences d’opinions qui subsistent entre ces philosophes.