Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/194

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Aussi lui appliqua-t-on ces paroles, Celui-là seul a des [1] lumieres ; les autres ne fotn que s’agiter comem des ombres. On disair aussi de lui que s’il n’y avait point de Chrysippe, il n’y aurait plus d’école au Portique. Enfin Sotion, dnas le huitieme livre de ses Sucessions, remarque que lorsqu’Arcésilas & Lacydes vinrent à l’Académie, il se joignit à eux dans l’étude de la philosophie, & que ce fut ce qui lui donna lieu d’écrire contra la coutume & celle qu’il avait suivie dans ses ouvrages, en se servant des argumens des académiciens sur les grandeurs & les quantités [2].

Hermippe dit que Chrysippe, étant occupé dans le college Odéen, fut appellé par ses disciples pour asister au sacrifice, & qu’ayant bû du vin doux pur, il lui prit un vertige, dont les suites lui causerent la mort cinq jours après. Il mourut âgé de soixante-&-treize ans dnas la CXLIII. Olympiade, selon Apollodore dans ses Chroniques. Nous lui avons composé cette epigramme.

Alleché par le vin, Chrysippe en boit jusqu’à ce que la tête lui tourne. Il ne soucie plus ni du portique, ni de sa patrie, ni de sa vei ; il abandonne tout pour crourir au séjour des morts.

Il y en a qui prétendent qu’il mourut à force d’avoir trop ri, voici à propos de quoi. Ayant

  1. Vers d’Homere sur Tiresias.
  2. C’est-à-dire qu’il combattit les principes & l’évidences des sens Kolonius.